Procédures de prévention et de traitement des difficultés des entreprises

La loi de sauvegarde des entreprises opère une refonte des dispositions du code de commerce relatives aux difficultés des entreprises.

Cette loi prévoit d'abord la procédure de conciliation qui pourra concerner les commerçants, artisans, sociétés et les professions libérales réglementées qui éprouvent des difficultés sans être en cessation de paiements depuis plus de 45 jours. Cette procédure a pour finalité la conclusion d'un accord amiable entre le débiteur et ses créanciers, accord qui pourra être homologué par le tribunal compétent.

Cette loi institue aussi la création d'une nouvelle procédure : la procédure de sauvegarde. Celle-ci s'adresse aux entreprises qui rencontrent des difficultés de nature à les conduire à la cessation des paiements. Elle donne lieu à un plan de sauvegarde ayant pour objectif la réorganisation de l'entreprise et la poursuite de l'activité par la mise en place d'un délai de 45 jours, au lieu de 15 jours précédemment, à compter de la cessation des paiements, pour demander l'ouverture d'une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire. Elle permet aussi de demander l'ouverture d'une procédure de redressement ou de liquidation judiciaire après la cessation de l'activité professionnelle si tout ou partie des dettes proviennent de celle-ci, ou après le décès du chef d'entreprise en cessation des paiements par ses créanciers ou héritiers.

Source : Loi n°2005-845 du 26 juillet 2005, Journal Officiel du 27 juillet 2005

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - un mois

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - un mois

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 5 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 15/11/06 01:00

Les franchises qui recrutent