Les clauses de destruction de mobiliers dans les contrats de franchise.

Actualités & Interviews / Actualités des experts / Les clauses de destruction de mobiliers dans les contrats de franchise.
  • Créé le : 04/11/2007
  • Modifé le : 04/11/2007

En matière de franchise, le contentieux concerne tantôt le principe, tantôt les conséquences de la cessation des relations contractuelles. Dans cette dernière hypothèse, la clause de non concurrence a longtemps occupé le devant de la scène judiciaire. Son régime est aujourd’hui étroitement balisé. L’attention doit ainsi se porter sur d’autres clauses ayant pour objet ou pour effet de brider la liberté de l’ancien franchisé. Les clauses de destruction de mobiliers en font assurément partie.

Ce type de clause prévoit qu’en cas de cessation du contrat, pour quelque cause que ce soit, le franchisé devra faire disparaître les étalages, installations et, de manière plus générale, tous les agencements spécifiques au réseau du franchiseur. Peut-on valablement s’obliger à détruire un bien régulièrement acquis lors de l’entrée dans un réseau de franchise ? Telle est la question posée. A notre connaissance, les tribunaux n’y ont pas encore directement répondu. Il convient dès lors d’envisager le régime de ces clauses à la lumière des principes généraux. De ce point de vue, leur validité semble devoir être soumise à une double exigence : celle d’un intérêt légitime du franchiseur d’une part (I), celle d’une indemnité préalable du franchisé d’autre part (II).

I/ L’exigence d’un intérêt légitime pour le franchiseur.

Tant le droit civil (1) que le droit de la concurrence (2) impliquent que les clauses de destruction soient justifiées par l’intérêt du franchiseur.

1/ Une exigence fondée sur le droit civil.

En principe, la propriété est « le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue » (art. 544 C. civ.). Certes, l’exercice du droit de propriété peut se traduire par une restriction des prérogatives qui s’y trouvent attachées. Celui qui vend son bien exerce ainsi le droit d’en disposer ; celui qui le loue, le droit de l’utiliser et d’en percevoir les fruits. De même peut-on valablement s’engager à ne pas exercer ses prérogatives. Telle est par exemple la portée d’une promesse de vente ou d’un pacte de préférence : le propriétaire d’un bien s’interdit de le vendre à un tiers. Dans tous ces cas, le propriétaire ne consent toutefois à brider ses prérogatives que dans son intérêt.
Lorsque la restriction du droit de disposer ou d’utiliser la chose est consentie dans l’intérêt d’un  tiers, il devient en revanche normal de la subordonner à la légitimité de cet intérêt. La solution est expressément posée dans le Code civil à propos des clauses d’inaliénabilité qui affectent un bien donné ou légué (art. 900-1). Dans le même sens, la Cour de cassation a précisé que c’est à celui qui se prévaut d’une telle clause qu’il appartient de justifier de l’intérêt sérieux et légitime qu’il allègue au motif que la clause d’inaliénabilité déroge au principe de la libre disposition des biens (Cass. Civ. 1, 15 juin 1994, Bull. civ. I, n° 211). La jurisprudence étend d’ailleurs cette solution à d’autres types de clause. Récemment, la Cour de cassation a ainsi décidé qu’est nulle la clause d’un contrat de prêt immobilier interdisant à l’emprunteur de louer l’immeuble acquis sans l’accord du prêteur. Selon elle, cette clause qui ne procurait aucun avantage particulier à l’une des parties était contraire à l’ordre public.
Il nous semble qu’aucune raison ne permet d’envisager une solution différente pour les clauses par lesquelles un franchiseur exige de son franchisé qu’il détruise ses installations, étalages et ses agencements à l’issue du contrat de franchise. Ces clauses ne peuvent s’appliquer que si la destruction qu’elles prévoient s’avère indispensable aux intérêts légitimes du franchiseur. Le droit de la concurrence le confirme.

2/ Une exigence fondée sur le droit de la concurrence.

Dans un célèbre arrêt du 18 février 1992 (Bull. civ. IV, n° 78), la Cour de cassation a annulé la clause d’un contrat de concession organisant la revente de carburant, qui imposait au concessionnaire de restituer les cuves mises à sa disposition par le concédant. Selon les magistrats, « l’obligation de restitution en nature du matériel impose des travaux coûteux au revendeur de carburant, non justifiés par des nécessités techniques en raison de la durée de vie des cuves » ; elle est au surplus « susceptible de le dissuader de traiter avec un autre fournisseur » et partant, « disproportionnée avec la fonction qui lui a été fixée de faire respecter l’exclusivité d’achat du carburant et constitue un frein à la concurrence d’autres fournisseurs ».
Si la Cour de cassation refuse de valider une telle clause alors que le concédant était propriétaire des cuves litigieuses, elle devrait à plus forte raison exiger qu’une clause en vertu de laquelle un franchisé ayant légitimement acquis la propriété d’un bien s’est engagé à détruire celui-ci à l’issue d’un contrat soit proportionnée aux intérêts du franchiseur. De fait, il est bien évident qu’un franchisé contraint de faire disparaître une partie de ses actifs devra s’en procurer de nouveaux pour sa reconversion, ce qui engendre un coût dont le montant s’avèrera souvent un obstacle à l’exercice de sa liberté d’entreprendre.
Cette circonstance nous amène directement à la seconde exigence. Non seulement le franchiseur doit avoir un intérêt légitime à la destruction des biens litigieux, mais il faut encore qu’il ait l’obligation d’indemniser le franchisé.
 
Encadré à placer au milieu de la 3è colonne de la page 4 (si possible)
Titre
Eclairages
– On ne peut sans raison valable déroger au principe de la libre disposition de ses biens.
– Pour exiger la destruction du mobilier de son franchisé, le franchiseur devrait démontrer son  intérêt légitime à cette opération.
– Une société pétrolière exigeait de ses concessionnaires de stations services qu’ils restituent les cuves de carburant mises à leur disposition (ce qui impliquait la démolition de la station). La justice a mis le holà.
– L’exigence de destruction doit s’accompagner du versement d’une juste indemnité.

II/ L’exigence d’une indemnité préalable pour le franchisé.

Il ne suffit pas d’établir le principe de cette indemnité (1), encore faut-il en déterminer le montant (2).

1/ Le principe de l’indemnité.

Ce principe découle à notre avis de l’article 545 du Code civil. Ce texte dispose en effet que « nul ne peut être contraint de céder sa propriété, si ce n’est pour cause d’utilité publique, et moyennant une juste et préalable indemnité ». Il est vrai qu’il ne vise à proprement parler que la « cession » de la propriété. Le caractère fondamental du droit de propriété autorise toutefois une lecture extensive.
Dans cette optique, l’article précité devrait également concerner le droit de détruire sa chose. La raison en est simple : comme le droit de céder sa chose, le droit de la détruire relève d’une même préro

Plus de franchises
Franchise EWIGO EWIGO

Achat vente automobile et mandataire auto

Apport : 25 000€

Franchise CABETE FAÇADES CABETE FAÇADES

Entretien et rénovation

Apport : 25 000€

Franchise COEUR DE FRAIS COEUR DE FRAIS

Produits bio et naturels

Apport : 100 000€

Franchise AVENIR RÉNOVATIONS AVENIR RÉNOVATIONS

Entretien et rénovation

Apport : 20 000€

Franchise MAISONS ARLOGIS MAISONS ARLOGIS

Promoteur immobilier et constructeur de maisons

Apport : 100 000€

Franchise BRICORAMA BRICORAMA

Bricolage et jardinage

Apport : 100 000€

Franchise KAU’WAHI KAU’WAHI

Restauration rapide, fast food

Apport : 15 000€

Franchise STEAK’N SHAKE STEAK’N SHAKE

Restauration rapide, fast food

Apport : 250 000€

Plus de franchises

Actualités

Les dernières semaines ont été marquées par de nombreux évènements pour le Groupement Les Mousquetaires : David Collas a été nommé à la Direction Générale de l’ITM Équipement de la Maison. Rapid Pare-Brise a ouvert une nouvelle unité à La Ferté-Bernard. Enfin, Brico Cash a mis en ligne son nouveau site web. Nouveau Directeur Général […]

Réseau Maisons Arlogis : Focus sur l’une de ses constructions à Mâcon

Dans cette vidéo, le réseau Maisons Arlogis dévoile une de ses constructions: une maison plain-pied avec piscine dans la région de Mâcon. La belle villa de 154 m² met en lumière tout le savoir-faire de l’enseigne de constructeurs de maisons. Une splendide maison Maisons Arlogis à découvrir ! Cette maison construite par Maisons Arlogis dans le mâconnais est […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Franchise Cabete Façades
CABETE Façades

Ravalement de façades et isolation thermique par l’extérieur

Apport : 25 000€

CA moyen : 800 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.