Législation : Abus de dépendance économique

Actualités & Interviews / Actualités des experts / Législation : Abus de dépendance économique
  • Créé le : 04/06/2016
  • Modifé le : 28/08/2019

Cécile Staudt Avocate au barreau de Bruxelles
Ce 28 avril 2016, l‘Assemblée nationale française a adopté le texte visant à assouplir les conditions requises pour la constatation par l’Autorité de la concurrence ou par le juge d’un abus de dépendance économique. Cet article vise essentiellement à combattre les pratiques abusives de la grande distribution.

Pour rappel, l’article L-420-2, alinéa 2, prohibe, « dès lors qu’elle est susceptible d’affecter le fonctionnement ou la structure de la concurrence, l’exploitation abusive par une entreprise ou un groupe d’entreprises de l’état de dépendance économique dans lequel se trouve à son égard une entreprise cliente ou fournisseur. Ces abus peuvent notamment consister en refus de vente, en ventes liées, en pratiques discriminatoires visées au I de l’article L. 442-6 ou en accords de gamme. ».

Désormais, la proposition de loi adoptée (http://www.assemblee-nationale.fr/14/ta/ta0722.asp) prévoit l’existence d’une dépendance économique dès lors que :
1° D’une part, la rupture des relations commerciales entre le fournisseur et le distributeur risquerait de compromettre le maintien de son activité ;
2° D’autre part, le fournisseur ne dispose pas d’une solution de remplacement auxdites relations commerciales, susceptible d’être mise en œuvre dans un délai raisonnable.
Reste à voir comment ces conditions, relativement vagues, seront appliquées.

Rappelons par ailleurs qu’il existe en France une autre disposition, l’article L.442-6 du Code de commerce, qui prévoit expressément la responsabilité d’un commerçant dans certaines hypothèses d’abus ou de déséquilibre entre les parties.

En droit belge, ces infractions ne sont pas spécifiquement visées et ne peuvent être sanctionnées qu’en ayant recours à des concepts de droit commun, ce qui rend parfois les condamnations plus difficiles à obtenir.

Il existe cependant une proposition de loi du 13 novembre 2015 visant à modifier le Code de droit économique en ce qui concerne l’abus d’une position dominante significative qui a pour objet d’interdire aux entreprises ou groupes d’entreprises « d’exploiter de façon abusive leur position dominante significative à l’égard d’autres entreprises ».

Il est question de position dominante significative notamment lorsqu’il existe un lien de dépendance économique entre l’acheteur et le vendeur.
Ces pratiques abusives peuvent notamment consister à:
1° appliquer à l’égard de partenaires commerciaux des conditions inégales à des prestations équivalentes, en leur infligeant de ce fait un désavantage dans la concurrence;
2° contraindre en permanence un producteur ou fournisseur d’un bien à vendre ce bien à un prix qui ne couvre pas le coût de production, en lui infligeant de ce fait un désavantage dans la concurrence;
3° contraindre en permanence un acheteur à acquérir des biens à un prix qui est significativement supérieur au prix du marché, en lui infligeant de ce fait un désavantage dans la concurrence;
4° imposer de façon directe ou indirecte des conditions de transaction non équitables;
5° à durcir soudainement une relation commerciale existante, ou à menacer de le faire.

Cette loi vise à corriger une des lacunes des textes actuels qui n’offrent pas de réelle solution au situations dans lesquelles les (plus) grandes entreprises maintiennent des acteurs plus modestes dans une position de dépendance économique à leur égard, et abusent de cette dépendance.

Cécile Staudt
Avocate au barreau de Bruxelles

Actualités de Club AC Franchisés

Oui, bien entendu. Vous pouvez créer une affaire franchisée en couple dans de nombreux réseaux. Il suffit le plus souvent que l’affaire permette de payer deux personnes et surtout que votre DUO présente les compétences requises pour la franchise visée. On trouve souvent des couples dans les supermarchés mais ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. […]

Cela dépend du contrat et de ce que vous entendez par rendre des comptes. Oui, le franchisé doit rendre des comptes dans le sens qu’il doit justifier de ce qu’il respecte le contrat. Mais ce n’est probablement pas ce que vous demandez. Vous souhaitez probablement savoir si vous devez donner vos chiffres au franchiseur. Cela dépend de ce qui est dans le contrat mais c’est absolument normal de lui donner vos chiffres et c’est dans votre intérêt.

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Recevez chaque semaine la newsletter AC Franchise
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques, conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.