Le DIF en question

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / Le DIF en question
  • Créé le : 01/04/2007
  • Modifé le : 01/04/2007

La loi sur la formation professionnelle continue du 4 mai 2004 a institué le droit individuel à la formation (DIF) entré en vigueur au mois de mai 2005 : faisons le point sur les modalités pratiques.

Pour être bénéficiaire de ce droit à la formation individuelle il faut d’abord être salarié titulaire d’un CDI, à temps plein ou partiel, depuis au moins un an. En sont exclus les salariés déjà engagés dans un programme de formation comme l’apprentissage, le contrat de qualification ou de professionnalisation. Pour les CDD, le salarié doit avoir travaillé dans l’entreprise au moins 4 mois, consécutifs ou non, dans les 12 derniers mois.

Le DIF donne droit à un crédit de 20 heures de formation par an pour les CDI à temps plein, les temps partiels ou les CDD se voient attribuer un crédit d’heures calculé au prorata de la durée du travail et de la durée du contrat. Ces heures de formation peuvent être cumulées durant 6 années dans la limite d’un plafond limité à 120 heures. Pour les salariés à temps partiel le plafond est identique mais la durée de 6 années ne joue pas.

Le salarié qui souhaite suivre une formation dans ce cadre doit la choisir et en faire la demande écrite pour obtenir l’accord de son employeur. Celui-ci a un délai d’un mois pour répondre, s’il ne répond pas cela vaut acceptation. Cette formation peut se dérouler -ou non- en dehors du temps de travail en fonction des accords de branche et entraîner l’attribution d’une allocation pour le salarié soumis à l’impôt sur le revenu mais exonérée de charges sociales, de CSG et de CRDS.

Même en cas de licenciement, sauf pour faute grave, le salarié peut exiger de bénéficier ses droits au DIF. Donc désormais l’employeur doit mentionner dans la lettre de licenciement les droits acquis par le salarié au titre du DIF et la possibilité pour celui-ci de bénéficier d’un bilan de compétences, d’une validation des acquis de l’expérience ou d’une action de formation pendant son préavis. Dans ce cas l’employeur est tenu de verser à l’organisme de formation retenu le montant de l’allocation correspondant aux heures acquises. A cette période le salarié a le choix absolu de sa formation.

Il en est de même si le salarié démissionne à condition que l’action de formation du salarié ait lieu durant son préavis, mais dans ce cas en revanche le salarié est tenu de faire un choix avec l’accord de son employeur. Si le salarié part à la retraite il perd ses droits au titre du DIF. On ne sait pas actuellement ce que deviennent les droits acquis par un salarié en CDD à l’issue de son contrat…
Dominique Deslandes

Plus de franchises
Franchise MIDAS MIDAS

Centre auto et Station service

Apport : 60 000€

Franchise LE FOURNIL SAINT ANDRÉ LE FOURNIL SAINT ANDRÉ

Boulangerie - Pâtisserie

Apport : 100 000€

Franchise Comptoir de Location Comptoir de Location

Location de matériel de BTP

Apport : 100 000€

Franchise RAPID PARE-BRISE RAPID PARE-BRISE

Centre auto et Station service

Apport : 15 000€

Franchise CUISINES GUSTO CUISINES GUSTO

Cuisine, bain, placard

Apport : 50 000€

Franchise PLUS QUE PRO, le 1er (et le seul) réseau expert en avis clients PLUS QUE PRO, le 1er (et le seul) réseau expert en avis clients

Services aux entreprises

Apport : 5 000 €

Franchise LA CÔTE ET L’ARÊTE LA CÔTE ET L’ARÊTE

Restaurant à thème

Apport : 250 000€

Franchise OTAGO OTAGO

Mode et prêt à porter homme

Apport : 20 000€

Plus de franchises

Actualités
Interview de Jean-Luc Félix, Fondateur du réseau Fournil Saint-André

Franchise Magazine a interviewé Jean-Luc Félix, Fondateur du Fournil Saint-André. Ce dernier a expliqué les ambitions de développement en franchise de son concept de boulangerie artisanale, salon de thé, sandwicherie et pâtisserie. Le Fournil Saint-André, une histoire de famille ! Forte de 3 générations d’artisans boulangers, l’enseigne Le Fournil Saint-André est avant tout une histoire de […]

Le réseau Vulco a une nouvelle présidente et directrice générale

Le réseau Vulco, spécialiste de la liaison au sol et de l’entretien des véhicules de tourisme, industriel, génie civil et agricole, a annoncé la nomination de Camille Mounier au poste de présidente et directrice générale de Vulco France. Elle a succédé à Stéphane Haug qui occupait ce poste depuis début 2020. Camille Mounier nommée présidente […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Plus que PRO

Rejoignez le 1er (et le seul) réseau expert en avis clients

Apport : 5 000€

CA moyen : 250 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.