Le crédit d'impôt compétitivité : une mesure intéressante mais peu suivie par les entreprises

Malgré des avantages certains pour toutes les entreprises y compris les TPE (dont beaucoup de sociétés en  franchises) et celles qui bénéficient d'un régime d'exonération, le CICE (crédit d'impôt compétitivité et emploi) ne rencontre pas le succès escompté. Les chefs d'entreprise le jugent trop compliqué alors qu'il représente une réelle opportunité de financement pour soutenir la trésorerie en allégeant les charges salariales.

Le calcul du CICE sur les salaires de l'année 2013

Le CICE porte sur les salaires n'excédant pas 2,5 fois le SMIC et versés à partir du 1er janvier 2013. Le taux est fixé à 4% pour l'année 2013 et sera porté à 6% en 2014. Le CICE vient en déduction des charges de personnel et n'est pas imposable. Par exemple pour un salarié touchant un salaire de 2 000 euros, le calcul est le suivant : 2000 x 12 = 24 000 euros. 24 000 x 4 % = 960 euros (le taux de 4% étant celui de 2013, il sera de 6% en 2014). Le chef d'entreprise peut bénéficier de 960 euros de crédit d'impôt sur ce salarié. Attention, les heures supplémentaires peuvent être comptabilisées mais toujours dans la mesure où la rémunération annuelle totale du salarié ne dépasse pas le plafond de 2 500 euros mensuel.

L'application dans la déclaration fiscale

Le CICE est applicable à l'impôt sur le revenu ou l'impôt sur les sociétés. En cas d'excédent de CICE – si le crédit d'impôt est supérieur à l'impôt dû- le contribuable bénéficie alors d'une créance de l'état. Elle est immédiatement remboursable pour les entreprises nouvelles, les Jeunes entreprises innovantes ou les entreprises en difficulté. Pour les autres, la créance sera utilisée pour le paiement de l'impôt des 3 années suivantes. Cette créance est inaliénable et incessible sauf dans le cas de cessions Dailly (La cession Dailly permet de céder toutes vos créances -factures, honoraires- à une banque qui verse le montant total sous forme d'avance.)

Comment préfinancer le CICE

Le préfinancement sur crédit d'impôt concerne toutes les entreprises françaises soumises à l'IR et à l'IS. Le montant du préfinancement peut aller jusqu'à 85% du CICE prévisionnel pour l'année en cours. Après avoir obtenu la garantie de votre banque la créance de CICE que vous avez sur l'Etat deviendra la propriété de votre banque. C'est à elle de faire enregistrer ensuite cette créance auprès du service des impôts des entreprises (SIE) afin de recevoir le crédit d'impôt directement de l'administration l'année suivante
Le préfinancement a un coût : frais de dossier et intérêts d'emprunt. Aucun frais pour les crédits inférieurs à 25 000 euros, 75 euros de 25 à 50 000 euros et 150 euros au-dessus de 50 000 euros.
Pour savoir si cette mesure vous concerne et peut vous aider, n'hésitez pas à consulter un expert comptable dans notre annuaire des experts.

Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 5 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 07/10/13 02:00

Les franchises qui recrutent