La situation du crédit en France au coeur des débats

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / La situation du crédit en France au coeur des débats
  • Créé le : 21/01/2012
  • Modifé le : 21/01/2012
Une chose est sûre : les avis sur le crédit sont partagés. Pour preuve, trois articles parus ces dernières semaines dans la presse donnent des visions bien différentes sur la situation actuelle du crédit en France.

Dans un article du Point du 16 décembre 2011, Frédéric Oudéa, le P-DG de la Société générale mais également président de la Fédération bancaire française (FBF), se disait confiant pour 2012, expliquant que « la Banque centrale européenne (BCE) a pris les mesures nécessaires pour éviter un effondrement du crédit ». Et de préciser que, dans ce contexte, alors que le rôle de la BCE est justement d’assurer le financement du secteur bancaire, « il n’y aura pas de tarissement du crédit (credit crunch) aux entreprises et aux ménages l’année prochaine en France ».

Confiance en la BCE pour le P-DG de la Société générale

Selon lui, toutes les mesures prises jusqu’ici par la BCE donnent du confort aux banques européennes pour financer correctement l’économie européenne cette nouvelle année. Dans cet article, il est d’ailleurs précisé que la BCE a décidé de mettre en place de nouvelles opérations de refinancement à trois ans pour aider les banques à se refinancer correctement et pour pallier les tensions sur le marché du refinancement interbancaire. Elle aurait, en parallèle, décidé d’élargir la gamme des actifs éligibles en contrepartie de ses prêts.

En ce qui concerne les tensions sur les refinancements bancaires, qui ont contraint les banques à réduire leur bilan et la part de leurs financements à court terme, Frédéric Oudéa explique que les banques françaises continuaient à se prêter entre elles, précisant que « le marché interbancaire fonctionne encore« , même s’il est moins dispersé aujourd’hui qu’il ne l’était auparavant.

Des risques de « crédit crunch » pour PAI

Autre avis dans Challenges du 17 novembre où l’on estime que « le risque de « credit crunch » serait pire qu’en 2008″. C’est en tout cas l’avis du fonds de capital-investissement PAI qui met en exergue la volonté des banques de réduire vite la taille de leur bilan. Par « credit crunch », PAI évoque le risque de gel du crédit bancaire qui selon le président de PAI Partners serait « plus grave à l’heure actuelle qu’il ne l’était au lendemain de la faillite de Lehman Brothers en 2008″. En 2008, ce « crédit crunch » aurait eu pour effet « de fermer les robinets du crédit bancaire, limitant drastiquement les possibilités d’acquisition des fonds d’investissement qui utilisent des montages financiers basés sur d’importantes proportions de dette (LBO) ». Lors de cette précédente crise, certaines entreprises rachetées sous LBO ont été « incapables pour certaines de rembourser les intérêts de la dette que les fonds avaient contractée pour les racheter« .

Cette volonté des banques de réduire très rapidement la taille de leur bilan pourrait, selon le fonds de capital-investissement, « avoir des conséquences très négatives sur l’activité économique ». Selon Lionel Zinsou, à la tête de PAI, la situation est grave : « Nous, nous avons besoin de banques qui fonctionnent (…) aujourd’hui les banques sont sur la défensive« , explique-t-il.

Les entreprises en demande de crédit selon l’INSEE

Enfin, L’Usine Nouvelle du 18 novembre 2011 publie une synthèse d’une étude publiée par l’INSEE qui « démontre que les entreprises françaises restent demandeuses de prêts. Mais elles cherchent aussi de plus en plus d’autres moyens pour se développer, notamment auprès des instances publiques« . Selon cette étude, 62 % des petites et moyennes entreprises françaises de plus de 10 salariés prévoiraient de rechercher des financements pour la période entre 2011 et 2013. On notera qu’entre 2007 et 2010, les prévisions de demandes de financements ont progressé. Elles serait passées 42 % à 62 %. « Un phénomène qui va se poursuivre encore avec la prise en compte de la crise actuelle« , précise l’Insee.

« Plus précisément, explique l’article, si les PME continuent à adresser des demandes de prêt aux banques notamment (de 33% en 2007 à 37% en 2010), elles s’orientent aussi vers d’autres sources de financement, comprenant notamment les prêts au secteur public et les découverts bancaires. C’est cette catégorie qui augmente le plus entre 2007 et 2010 (de 19 à 26%). »

Audrey, rédactrice AC Franchise

Plus de franchises
Franchise Promovacances Promovacances

Transport, voyage, tourisme

Apport : 40 000€

Franchise FISCHER FISCHER

Boulangerie, pâtisserie, traiteur

Apport : 60 000€

Franchise MOBALPA MOBALPA

Cuisine, bain, placard, cheminées

Apport : 80 000€

Franchise BRICOMARCHE BRICOMARCHE

Bricolage et jardinage

Apport : 100 000€

Franchise Eat Salad Eat Salad

Restauration rapide, fast food

Apport : 150 000€

Franchise NETTO NETTO

Supermarché et Supérette

Apport : 60 000€

Franchise LA MIE CALINE LA MIE CALINE

Boulangerie, pâtisserie, traiteur

Apport : 80 000€

Franchise BASTIDE LE CONFORT MEDICAL BASTIDE LE CONFORT MEDICAL

Santé, pharmacie, dentaire

Apport : 10 000€

Plus de franchises

Actualités
Principales erreurs dans le choix de sa franchise

La franchise est une belle opportunité pour les personnes souhaitant entreprendre tout en bénéficiant de l’accompagnement d’un réseau. Faites cependant très attention lors de votre démarche pour choisir le réseau qui vous convienne vraiment car il ne faut pas oublier que vous vous engagez physiquement, moralement et financièrement dans un projet d’avenir sur plusieurs années! […]

L'Indicateur de la Franchise

L'Indicateur de la Franchise

Créé à l’initiative de la Fédération française de la Franchise et organisé sous son contrôle par la société Reed Expositions, Franchise Expo Paris, le salon international de la franchise, n’aura finalement pas lieu cette année ! En effet, suite à l’annonce gouvernementale du 23 septembre dernier d’annuler les manifestations regroupant plus de 1 000 personnes, […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Green Is Better

Rejoignez le n°1 de la restauration rapide green et bio

Apport : 70 000€

Droit d'entrée : 30 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.