La capacité de réitérer est nécessaire pour devenir franchiseur

Actualités & Interviews / Actualités de la franchise / La capacité de réitérer est nécessaire pour devenir franchiseur
  • Créé le : 28/05/2013
  • Modifé le : 21/10/2019
Pour qu’une franchise ait le maximum de chances de succès il ne faut franchiser que si le concept a vraiment réussi, une évidence pas toujours respectée ! Il faut ensuite se demander si le concept est reproductible et s’il y a un vrai savoir-faire à transmettre. Il faut donc que ce concept reproduit à l’identique, dans une zone de chalandise identique, ait aussi de bons résultats.

Comment reproduire un succès ?

Importance de l’unité pilote. Comment un franchiseur peut-il démontrer la viabilité de son concept si ce n’est d’après les résultats d’un ou plusieurs établissements pilote pendant au moins un à deux ans. Le franchisé a alors toutes les informations sur la rentabilité du concept à un endroit donné avec le savoir-faire du franchiseur. Mais cela ne suffit pas à démontrer que le concept est reproductible partout. Le franchiseur idéal aura testé son concept dans des conditions différentes dans des villes plus ou moins grandes afin d’établir des zones plus accessibles et moins risquées. La stratégie sera différente selon que le concept est sur un marché très concurrencé ou sur un marché innovant.

Le métier de franchiseur

Derrière un franchiseur, il y a deux métiers.
Celui qui est propre à son métier : restauration rapide, aide à la personne, grande distribution, technique, etc ceci représente le premier métier du franchiseur, celui qu’il maitrise.
Il lui faut apprendre un deuxième métier : franchiseur. Le premier est spécifique à chaque enseigne, le second est le même pour tous ou presque. On distingue 4 catégories de franchises : industrielle, production, distribution, services.
Le métier de franchiseur est maintenu connu et reconnu depuis 40 ans.

Le savoir-faire comme passeport pour la réussite

Qu’est-ce-que le savoir-faire et comment le transmettre ?
a) Il faut l’identifier à travers l’expérience, les automatismes, les réflexes professionnels et ainsi générer des performances. Il peut être difficile à formaliser mais, s’il existe, un tiers pourra le reproduire. C’est le manuel de procédures ou la bible de l’enseigne qui en sera l’expression et un moyen essentiel de sa duplication. C’est un des éléments fondamentaux de la franchise. Sans savoir-faire, pas de bible et pas de franchisé à convaincre.
b) vendre son savoir-faire à des futurs franchisés : pour un franchiseur, il est important de savoir quel profil type rechercher. De l’autre côté, le franchisé doit avoir toutes les informations pour savoir s’il a bien trouvé la franchise qui lui convient. Un franchisé mal évalué peut coûter cher au réseau et vice et versa un franchisé mal renseigné sur le réseau peut échouer malgré sa bonne volonté.

L’importance de la formation

Enfin, il ne suffit pas de transmettre par contrat le savoir-faire d’un réseau; la formation du franchisé fera vivre cette union franchiseur/franchisé. Pour cela, la formation initiale relayée par la formation permanente permet de mettre nouveaux et anciens franchisés au même niveau d’informations. Il y a le savoir-faire et le faire-savoir : deux notions complémentaires qu’il ne faut pas oublier car après il faudra animer le réseau pour faire perdurer ce savoir-faire et le faire évoluer.

Cet article a été rédigé d’après le chapitre 001 rédigé par Jean Michel Illien. Ce chapitre figure dans l’ouvrage « Le concept franchisable » dont les auteurs sont les membres du collège des experts de la Fédération Française de la Franchise et qui a été édité par FFF services fin 2010. Pour disposer de l’article et de l’ouvrage complet, nous vous invitons, dans la limite des stocks disponibles, à commander cet ouvrage au prix de 19,50 € plus frais de port auprès de la FFF au 01 53 75 22 25. Nous attirons surtout votre attention sur les services que ces experts de la franchise peuvent vous rendre et ne pouvons que vous encourager à recourir à leurs services.

Plus de franchises

LES COMPTOIRS DE LA BIO

Produits bio et naturels

Apport : 100 000€

GROUPEMENT LES MOUSQUETAIRES

Supermarché et Supérette

Apport : 65 000€

CAMILLE ALBANE

Coiffure

Apport : 40 000€

AQUILUS PISCINES ET SPAS

Piscine, Spa, Hammam

Apport : 50 000€

CENTURY 21 FRANCE

Agence immobilière

Apport : 50 000€

BRICORAMA

Bricolage et jardinage

Apport : 100 000€

YVES ROCHER

Parfumerie et cosmétique

Apport : 30 000€

POINT S

Centre auto et Station service

Apport : 60 000€

Plus de franchises

Actualités

En tant que précurseur de la construction de maisons individuelles prêtes-à-finir en France, Mikit souhaite renforcer son réseau tout en maintenant un haut niveau d’excellence en matière de formation. Pour atteindre cet objectif, l’enseigne a récemment organisé une série d’ateliers régionaux réunissant les commerciaux et les patrons de franchise. Un réseau accordant une importance capitale […]

Elisabeth Lebastard

Pendant les 15 années passées chez une enseigne concurrente, Élisabeth Lebastard et son associé Renald se sentaient délaissés. Suite à cette expérience malheureuse, ils ont décidé de rejoindre le réseau Bureau Vallée. Aujourd’hui, ils sont ravis d’avoir sauté le pas ! Lumière sur le parcours inspirant d’Élisabeth Lebastard « J’ai été 15 ans avant, sous une enseigne […]

Plus d'actualités

Fermer le menu
×
Notre recommandation
BUREAU VALLÉE

Le n°1 en fournitures de bureau et papeterie

+ 200 villes à pourvoir, dont des opportunités de cession

En savoir plus maintenant
En quelques chiffres
  • Apport : 90 000€
  • CA moyen : 650 000€
  • Droit d'entrée : 15 000€
  • Nombre d'unités total en national : 400
En savoir plus maintenant
×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.