Activités de franchise réglementées : le conseil en investissements financiers

Les personnes souhaitant exercer une activité de conseil en investissements financiers doivent justifier :
- soit d'un diplôme sanctionnant un premier cycle d'études supérieures juridiques ou économiques, ou d'un diplôme ou titre équivalent ;
- soit d'une formation professionnelle portant sur les différentes prestations pouvant être proposées (opérations sur instruments financiers, opérations de banque ou services connexes : change, or, conseil et assistance en gestion financière, fourniture de services d'investissement ou de services connexes : réception et transmission d'ordres, gestion de portefeuille, opérations sur biens divers : rente viagère, etc.) ;
- soit d'une expérience professionnelle de 2 ans acquise au cours des 5 années précédant le début d'activité et portant sur les opérations mentionnées ci-dessus.
Les franchiseurs de conseil en investissement financier doivent être rigoureux quant au respect de ces règles dans leur réseau.
Outre le fait d'être âgé de 18 ans au moins, le franchisé conseiller en investissements financiers ne doit pas faire l'objet :
- d'une interdiction d'exercer à titre temporaire ou définitif une activité ou un service, prononcée par l'Autorité des marchés financiers (AMF) ;
- d'une suspension temporaire ou d'une démission d'office ;
- d'une condamnation prononcée depuis moins de 10 ans pour l'une des infractions mentionnées à l'article L500-1 du code monétaire et financier.

Les démarches à ne pas oublier :

- Adhérer à une association professionnelle agréée par l'AMF (cette adhésion entraîne l'inscription au fichier des conseillers en investissements financiers).
 - Souscrire à une assurance responsabilité civile professionnelle d'un montant minimum de 150 000 euros par sinistre et par année d'assurance pour les entrepreneurs individuels et les sociétés de moins de 2 salariés ; 300 000 euros par sinistre et 600 000 euros par an dans les autres cas. Ces montants ne s'appliquent pas aux conseillers en investissements financiers ayant comme activité exclusive la fourniture de conseil aux entreprises en matière de structure de capital, de stratégie industrielle et de questions connexes ainsi que de services concernant les fusions et le rachat d'entreprises.

Une réglementation inhérente à la profession :

Avant toute formulation de conseil, le conseiller en investissements financiers a une série de prérogatives.
1 - Remettre au client :
- un document mentionnant son statut et son numéro d'enregistrement attribué par l'association professionnelle à laquelle il adhère, l'identité de cette association professionnelle, et le cas échéant, le statut de démarcheur et l'identité du ou des établissements promoteurs ;
- une lettre de mission rédigée en double exemplaire et signée des deux parties.
2 - Rédiger pour le client un rapport écrit justifiant les différentes propositions, leurs avantages et les risques qu'elles comportent.
3 - Se doter de moyens et de procédures pour éviter de gérer et de traiter les conflits d'intérêts, pour respecter la réglementation relative à la lutte contre le blanchiment d'argent.
4 - Ne pas communiquer ou exploiter, en dehors de sa mission, pour son compte propre ou pour le compte d'autrui, les informations relatives à son client.


Consultez d'autres actualités sur  la réglementation des affaires



Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 1 jour

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 3 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 11/07/09 02:00

Les franchises qui recrutent