Progression du nombre de locaux vacants : une tendance qui s'installe

Selon une étude Procos (conseil en analyse du commerce en ville), les locaux vides sont de plus en plus nombreux et ceux de centres villes sont plus impactés que les centres commerciaux. Un phénomène qui ne fait que s'accroitre mais touche différemment les agglomérations selon leurs taille et leurs ressources. En centre-ville, Le taux moyen de vacance – c'est-à-dire le taux de surfaces commerciales non utilisées pendant période indéterminé – est passé de 6,3% du parc à 7,1% en l'espace de 11 ans. Les centres commerciaux affichent aussi une progression mais moins élevée (elle passe de 4,3% à 4,9%).

Les petites villes sont les plus touchées, les villes riches s'en sortent mieux

Ce sont les agglomérations de 50 à 100 000 habitants qui subissent la progression la plus forte (de 6,3% en 2001, elle est passée à 8,6% en 2013). Si en 2001, la moitié des centres-villes observés soit 87 bénéficiaient d'une situation très favorable avec un taux de vacance sous le seuil des 5%, ils ne sont plus que 47 aujourd'hui. Quant à ceux qui déjà montraient un taux de plus de 10%, le phénomène n'a fait que s'amplifier et parfois même doubler.
Les centres commerciaux sont eux aussi touchés mais beaucoup moins durement (de 4,3 à 4,9%). Entre les grands centres qui bien conscients du phénomène ont une stratégie commerciale offensive permettant d'amortir les effets négatifs et les petites galeries attenant aux supermarchés qui démontrent l'attrait de la proximité, les centres commmerciaux moyennes surfaces souffrent le plus.
Les villes à haute valeur ajoutée industrielle, agricole ou touristique ont le taux le moins élevé (Rennes, Nantes,..) contrairement aux villes tirant leurs revenus d'argent public ou d'industrie en déclin (Agen, Roubaix, Valenciennes,…).
A noter aussi que cette étude montre que les centres anciens rénovés par les gestionnaires de centres comme Unibail, Klépierre ou Rodamco ont retrouvé de l'attrait aux yeux des consommateurs et résistent. A contrario, les centres récents ouverts depuis moins de 10 ans ont un taux de vacance de 11,2% soit le plus élevé.
Selon Procos, cette progression de la vacance commerciale est la conséquence d'une sur-offre de surface de vente dans une conjoncture défavorable et disproportionnée par rapport à la demande de consommation. Une augmentation entre 1992 et 2008 de plus de 60% de surface contre une progression de la consommation de 36% !
Les bons emplacements en centre-ville sont toujours recherchés et restent rarement vides longtemps.

La rédaction vous recommande les articles suivants :
Les centres villes retrouvent leur attractivité autour de nouvelles politiques d'implantation
Un nouvel outil pour mieux choisir l'emplacement d'un point de vente

Articles similaires

La FNAIM s’engage pour la revitalisation des centres-villes

par ST - 12 jours

Réunis à Saint-Malo, quelque 90 adhérents de la FNAIM ont partagé leur expérience sur la location et la vente de biens commerciaux. Plus qu’une occasion de se rencontrer, l’évènement a permis d’avancer des propositions pour la redynamisation des a...

De l’importance de l’emplacement pour réussir en franchise

par Martine Malaterre - 4 mois

Un concept de franchise ne réussira que s’il s’implante là où ses clients potentiels sont les plus nombreux. Une évidence peut-être mais dont il faut tenir compte quand on se lance car au-delà de la pertinence de l’enseigne sur son marché, s’insta...

Définir ma zone de chalandise

par Dominique Deslandes - 5 mois

Vous devrez vous intéresser à la zone géographique qui sera impactée par l'ouverture de votre point de vente. Certains critères sont à vérif...

Informations clés

  • Crée le: 17/10/13 02:00

Les franchises qui recrutent