Créer une franchise sous le régime de la micro entreprise

Vous avez décidé de vous lancer dans l'entreprenariat en solo ou créer une entreprise en franchise et devez choisir votre statut juridique. Si vous êtes entrepreneur individuel, vous pouvez opter pour le régime de la micro entreprise.

Quels sont les principes de ce régime fiscal ?

Le micro-entrepreneur dépend du Régime social des indépendants (RSI). Sont concernées les entreprises dont le chiffre d'affaires annuel ne dépasse pas :
- 81 500 euros pour les entreprises dont l'activité principale est de vendre, des objets, des fournitures et des denrées à emporter ou à consommer sur place.
- 32 600 euros pour les autres prestataires de services relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et les professionnels libéraux relevant des bénéfices non commerciaux (BNC).
L'entrepreneur est soumis au régime fiscal de la micro-entreprise et ne facture pas de TVA, (il ne récupère pas non plus la TVA payée sur ses achats de fournitures liées à son activité.

Mode de calcul de l'impôt sur le revenu

Le micro-entrepreneur a le choix entre deux modes de calcul et de paiement de l'impôt sur le revenu :
le régime classique de la micro-entreprise : Ce régime s'applique de plein droit, sauf option pour un régime réel d'imposition ou pour le versement fiscal libératoire.
Dans ce cas, l'entrepreneur est dispensé d'établir une déclaration fiscale au titre des BNC et BIC.
Le versement fiscal libératoire (sur option) : Le micro-entrepreneur peut opter pour ce mode de calcul et de paiement de l'impôt dans les conditions suivantes :
- il bénéficie du régime micro-social,
- son revenu fiscal de référence de l'avant-dernière année est inférieur ou égal, pour 1 part de quotient familial, à la limite supérieure de la troisième tranche du barème de l'impôt sur le revenu de l'année précédente, soit pour l'année 2012, à 26 420 euros.
Cette limite est majorée de 50 % ou de 25 % par demi-part ou quart de part supplémentaire.
La taxe professionnelle supprimée depuis le 1er janvier 2010 a été remplacée par la contribution économique territoriale (CET) composée de :
- la cotisation foncière des entreprises (CFE),
- et la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).
Le micro-entrepreneur n'est redevable que de la cotisation foncière des entreprises (CFE) et exonéré la première année d'activité.

Quelles sont les obligations comptables du micro entrepreneur

La tenue d'un livre-journal détaillant les recettes qui doit mentionner chronologiquement le montant et l'origine des recettes perçues, en distinguant les règlements en espèces des autres règlements. Il doit également indiquer les références des pièces justificatives.
La tenue d'un registre récapitulatif par année présentant le détail des achats pour les activités consistant à vendre des marchandises, objets, fournitures et denrées à emporter ou à consommer sur place
Il doit distinguer les règlements en espèces des autres règlements, et indiquer les références des pièces justificatives.
La conservation des factures et pièces justificatives relatives aux achats, ventes et prestations de services réalisés.
Les micro entreprises doivent émettre des factures comportant la mention " TVA non applicable, article 293 B du CGI ".
Les micro-entrepreneurs doivent déclarer leur activité auprès du centre de formalités des entreprises (CFE) :
- auprès de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) s'ils sont commerçants,
- auprès de la chambre de métiers et de l'artisanat (CMA) s'ils sont artisans,
- auprès de l'Urssaf s'ils sont professionnels libéraux,
- auprès du greffe du tribunal de commerce s'ils sont agents commerciaux.
En tant qu'indépendant, vous pouvez opter pour deux autres régimes : voir nos articles concernant  l'autoentrepreneur et l' EIRL

La rédaction vous conseille les articles suivants :
Créer une franchise avec le statut d'auto entrepreneur ?
Protéger son patrimoine privé en optant pour l'EIRL
Martine, rédactrice AC Franchise

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 1 jour

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 4 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 27/04/12 02:00

Les franchises qui recrutent