Différence 1 : En franchise, l’avantage d’un concept clé-en-main 2/7

  • Créé le : 09/09/2019
  • Modifé le : 16/06/2020

En optant pour la franchise plutôt qu’une création en solo, un entrepreneur profite d’une recette originale qui a fait ses preuves. Au négatif, le concept doit être respecté à la lettre. Aucune liberté n’est admise pour garder toute la cohérence du réseau.
Le principe d’un développement en franchise d’une activité repose sur la définition d’une « recette originale ». C’est ce que l’on appelle le concept !

Lire aussi : Les avantages et inconvénients de la franchise

En franchise, l'avantage d'un concept clé-en-main

Cette recette est élaborée pendant de longues années par le franchiseur selon trois grands critères :

  • Duplicable : un concept de franchise doit être aussi pertinent à Toulouse qu’à Strasbourg. Il doit répondre à un besoin universel quelque soit le lieu d’implantation de la nouvelle entité franchisée.
  • Original : pour être concurrentiel vis-à-vis des autres acteurs du marché, le concept doit être original. Cette originalité peut s’exprimer dans les produits ou services proposés, mais aussi dans les méthodes de commercialisation, le positionnement de l’enseigne, etc.
  • Rentable : un concept en franchise s’inscrit toujours dans une logique de réitération d’un succès. Il permet à un franchisé moyen d’accéder à une réussite moyenne si tant est qu’il applique le concept comme prévu par le franchiseur.

Pour s’assurer de la pertinence de son concept, le franchiseur le teste pendant plusieurs années dans le cadre d’une unité pilote de référence.

Original et rentable, le concept de franchise est obligatoirement constitué de trois éléments :

  • les signes de ralliements de la clientèle (marque, enseigne, signes et symboles, logos),
  • l’expérience aboutissant à la formalisation d’un savoir-faire transmissible aux franchisés garantissant la duplicabilité,
  • une collection de produits, de services et/ou de technologies selon l’activité et l’enseigne.

Tous ces éléments concourent à ce que le concept soit clé-en-main : après formation (transfert du savoir-faire), le franchisé en signant son contrat de franchise a le droit d’exploiter les signes de ralliement. La formation initiale est de ce point de vue un formidable accélérateur de vocations. Pas étonnant alors que la franchise soit souvent considérée comme LA voie royale de la reconversion ! De fait, pour multiplier les opportunités de candidatures, un grand nombre de réseaux limitent les pré-requis professionnels. Il suffit juste que le futur franchisé fasse preuve d’un bon sens commercial, d’un bon sens du service, d’un bon sens de gestion et de management pour pouvoir réussir. Les ex-cadres salariés sont du coup souvent parmi les profils recherchés en franchise.

Au négatif, pour remplir ses obligations de réitération d’un succès, mais aussi pour assurer la cohérence de son réseau d’une unité franchisée à l’autre, le formalisme du concept doit être respecté à la lettre. Un franchisé ne peut ainsi s’écarter du concept. il doit respecter la charte visuelle, la typologie d’emplacement, le design de la boutique, etc. Des animateurs viennent régulièrement visiter les unités franchisées pour vérifier que les consignes du franchiseur sont bien respectées.

Un concept clé-en-main, un véritable avantage

Le fait que la franchise offre un concept clé-en-main est un véritable avantage. Tout est en effet testé et approuvé ce qui permet d’accélérer l’installation. Le retour sur investissement est ainsi plus rapide.
En solo, le créateur ne peut pas se reposer sur un concept clé-en-main. Il doit tout définir (profils clientèles, besoins et attentes) et créer (offres produits ou services) par lui-même. Pour cela, le créateur solo va devoir trouver une idée d’activité. Puis il va devoir définir son positionnement (haut de gamme, discount, etc) face à sa concurrence locale. En fonction de sa stratégie, il va devoir démarcher ses fournisseurs et négocier les prix au plus juste. Viendra ensuite le moment de définir des offres en fonction des besoins repérés de sa clientèle potentielle. En parallèle, le créateur solo va devoir s’occuper de créer un logo et se choisir un nom d’enseigne, etc.

La définition de l’activité, de l’idée à l’ouverture, pourra prendre plusieurs mois. Sachant qu’elle n’a pas été testée auparavant avec succès, l’activité choisie pourra finalement ne pas s’avérer aussi rentable que prévu.

Bien évidemment en franchise, même si le franchisé part avec l’avantage d’un concept testé par avance, le succès n’est pas automatique. Toute création d’entreprise, même en franchise, comporte une part de risques qu’il vaut mieux anticiper !

Fermer le menu
×
Notre recommandation pour vous :
Norauto

Le pionnier du concept de centre auto en France

Apport : 100 000€

CA moyen : 1 300 000€

Candidater maintenant

×
Recevez chaque semaine la newsletter
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques,
conseils pour réussir …
En vous abonnant, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à notre politique de confidentialité.