Le contrat de concession exclusive

Parmi les différents contrats de distribution (franchise, licence de marque, commission-affiliation et autres) on trouve la concession qui répond à des critères propres. Dans ce système un fabricant qui veut commercialiser ses produits se fait concédant et autorise un commerçant (le concessionnaire) à vendre ses produits sous sa marque pendant une période donnée et souvent, mais pas obligatoirement, avec une exclusivité géographique et sous certaines conditions. Le commerçant qui reste juridiquement indépendant  obtient ainsi un exclusivité d'implantation mais pas nécessairement un monopole de revente sur un territoire donné.

Le contrat de concession n'est pas soumis à une réglementation particulière. Il obéit, pour l'essentiel, au droit commun des contrats commerciaux, aux règles dégagées par la jurisprudence ainsi qu'à certains textes de droit de la concurrence et de droit européen.

Les clauses du contrat de concession

Sa forme et son contenu sont librement fixés par les parties. Le plus souvent, presque toutes les clauses sont préalablement rédigées par le concédant et imposées au concessionnaire.  On trouve comme dans la franchise  la remise d'un document pré contractuel comportant un certain nombre d'informations obligatoires (le document d'information précontractuel, dit DIP, conforme à la loi Doubin devenue article L330-1 du code de commerce), 20 jours au moins avant la signature du contrat ou le versement d'une somme éventuellement exigée, etc.
Mais contrairement à la franchise, il n'y a pas de transfert de savoir-faire ni en théorie d'assistance. Le but est de créer un réseau de distribution, exclusif ou pas pour écouler les produits sous la marque.

Parmi toutes les clauses les plus courantes :   La clause d’exclusivité territoriale qui doit être limitée dans le temps mais aussi d’autres contraintes au cas par cas comme celles de ne fournir qu’à des professionnels (les pièces détachées par exemple). la clause d’obligation d’achat exclusif qui oblige le concessionnaire à se fournir uniquement auprès du concédant et lui interdit de vendre des produits concurrents. Le concessionnaire doit vendre les produits aux conditions fixées par le concédant. La durée de validité de cette clause est limitée par la loi à 10 ans. Elle peut être renouvelée pour la même durée.

Le concédant doit  garantir l'exclusivité de la marque, de l'enseigne, etc. dans le secteur géographique consenti au concessionnaire, définir et mettre en œuvre la politique du réseau.

Le concédant n’a pas d’obligation d’assistance comme dans la franchise. Le concessionnaire doit respecter les règles de communication (logo, enseignes) et règles commerciales, de gestion ou de toute autre nature mises contractuellement à sa charge par le concédant. Il peut exercer son activité sous la forme d'une entreprise individuelle ou sous la forme d'une société commerciale (SARL, SA, SNC, etc.).


Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - un mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 3 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - 3 mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 30/11/14 04:25

Les franchises qui recrutent