En cas de difficultés : la procédure de sauvegarde

On connait bien la liquidation et le redressement judiciaires mais il est également possible de recourir à une procédure collective moins traditionnelle…. Depuis 2005 la procédure de sauvegarde devient de plus en plus fréquente. Elle permet à une entreprise d'organiser son redressement afin d'éviter la cessation de paiements. Elle repose sur la volonté des dirigeants de prendre des mesures préventives avant d'en arriver aux solutions plus extrêmes.

Le plan de sauvegarde permet de durer

Deux conditions sont nécessaires : D'abord les difficultés de l'entreprise doivent être sérieuses, ce sera au tribunal de s'en assurer. Ensuite le débit ne doit pas avoir conduit à la cessation de paiement.
Il s'agit d'une situation difficile mais la sauvegarde doit apparaitre comme une mesure volontariste qui permet au débiteur de proposer un administrateur désigné par le tribunal. Durant la période d'observation, il sera à l'abri des créanciers. Cette protection vaut également pour ses garants. Il bénéficie de plus de la levée d'une éventuelle interdiction d'émettre des chèques.
La sauvegarde est une procédure collective, ainsi l'administration détient des pouvoirs qui de fait signifient une perte d'indépendance pour le dirigeant. Il s'agit dans ce cas d'entreprises qui emploient plus de 20 salariés et ont un chiffre d'affaires supérieur à 3 millions d'euros.
Les jugements relatifs à cette procédure sont publiés au registre du commerce et des sociétés. Le jugement d'ouverture désigne les acteurs de la procédure. Les formalités d'inventaire sont confiées au débiteur. Les principes habituels sont appliqués pour préserver l'entreprise.
Durant la période d'observation, l'entreprise doit informer l'administrateur des résultats de son activité. Le tribunal a tout pouvoir pour arrêter le plan de sauvegarde.
Lire aussi notre articles sur les recours juridiques pour sauver votre entreprise

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 6 heures

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 2 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 28/05/14 07:23

Les franchises qui recrutent