Les mesures de relance de la consommation

Le nouveau Ministre de l'Economie a présenté début mai un certain nombre de mesures, les réactions des professionnels sont réservées sur l'effet de telles initiatives.

Cinq groupes de mesures sont prises. Les premières sont destinées à encourager la baisse des prix en diminuant l'effet des marges arrière. Une table ronde est réunie sur ce thème avec les distributeurs au début de ce mois de juin. Les secondes ont pour objectif d'assouplir les possibilités d'ouverture des commerces le dimanche. De plus les zones touristiques où les commerces ne ferment pas seront élargies. Ensuite les commerçants cédant leur commerce à un confrère dans la même activité bénéficieront d'une exonération de l'impôt sur les plus-values. Enfin, pour favoriser la consommation et le crédit, quatre mesures sont ajoutées : une franchise d'impôt sur les dons entre grands-parents et petits-enfants jusqu'à 20 000 € entre juin 2004 et fin mai 2005 ; une déduction fiscale jusqu'à 150 € pour tout crédit de 15 000 € sur deux ans ; le déblocage des réserves de participation jusqu'à 10 000 € par personne et la simplification du régime des garanties hypothécaires pour le crédit immobilier.

Pour les professionnels tout ce dispositif mis au point de manière énergique par Nicolas Sarkozy n'est pas convaincant. Concernant les marges arrière on connaît le problème et il est certain que la méthode doit être revue. Néanmoins il sera bon de vérifier que le changement profitera au consommateur. Pour ce qui est des ouvertures le dimanche, les avis sont partagés et les expériences vécues dans d'autres pays paraissent contestables. Les professionnels pensent que le pouvoir d'achat du consommateur n'est pas extensible et que cela ne fera que produire un étalement des ventes. A propos de la franchise d'impôt dont on parle tant, il semblerait qu'en effet elle puisse avoir un effet positif direct sur la consommation, en revanche ce sera temporaire. Les mesures sur le crédit peuvent elles aussi être positives, en particulier pour le secteur de l'équipement de la maison, à condition que d'autres textes de protection du consommateur ne viennent pas annihiler leur effets. Pour l'autorisation du crédit hypothécaire, elle peut avoir pour effet de prêter à des catégories qui n'ont pas recours à l'emprunt d'habitude.

Le Ministre semble vouloir jouer sur le seul levier de la consommation, sans se soucier du prix... Or on commence à craindre la déflation qui entraînera de fait une baisse de la consommation. Il s'agirait donc d'avoir une politique des prix harmonieuse du début à la fin de la chaîne, de l'agriculteur au distributeur. Aujourd'hui les mesures prises peuvent jouer sur le court terme, mais pour demain la fameuse table ronde de ce mois de juin pourrait mettre en évidence les contradictions internes de cette politique.

Dominique Deslandes

Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 3 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 05/06/04 02:00

Les franchises qui recrutent