L'assurance chômage du bénéficiaire de CAPE

Le Contrat d'appui au projet d'entreprise (Cape) permet à un porteur de projet de tester son activité au sein d'une structure qui lui fournit un programme de préparation à la création ou reprise d'entreprise et à la gestion d'une activité économique.

L'Unedic publie une circulaire présentant les derniers textes relatifs à ce dispositif et précise, dans une note technique, la situation du bénéficiaire du Cape au regard de l'assurance chômage : circulaire Unédic n° 2007-06 du 16 avril 2007.
Il pourra, selon sa situation et dans les mêmes conditions que les autres créateurs d'entreprises, cumuler une allocation de solidarité spécifique (ASS) ou l'aide au retour à l'emploi (ARE) avec ses revenus ou demander le versement de l'aide de l'Assédic sous forme de capital. En outre, il peut mobiliser l'aide à la valorisation des acquis d'expérience et l'aide à la formation de l'Assédic.

Les contributions d'assurance chômage, à la charge de la structure accompagnatrice, sont dues à raison des rémunérations versées au cours d'un trimestre civil et doivent être acquittées dans les 15 premiers jours suivant celui-ci. La personne morale responsable de l'appui assume seule les engagements pris par le bénéficiaire à l'égard des tiers jusqu'à l'immatriculation aux différents registres légaux du bénéficiaire du CAPE dénommé le "Capé" et, après immatriculation, solidairement avec le "Capé" pour les engagements pris par ce dernier conformément aux stipulations contractuelles. Pendant cette période, le "Capé" bénéficie d'une couverture sociale et peut bénéficier, le cas échéant, du régime d'assurance chômage. Les aides de l'Etat et des collectivités publiques peuvent être mobilisées au bénéfice de l'appui et de la préparation à la création ou la reprise d'une activité économique (article L. 322-8 du code du travail).

Dominique Deslandes

Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 5 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 16/12/07 01:00

Les franchises qui recrutent