Le marché des services à la personne en 2007

 Le marché des services à la personne représente 23 M€ annuel en France. 

La progression se fera pour une large part sur de nouveaux marchés. Les particuliers qui recherchent un interlocuteur de qualité et de confiance. Ce sont souvent des ménages biactifs, des foyers monoparentaux ou des personnes âgées avec de gros revenus. D’après une étude de marché de l’institut français Demoscopie, le marché d’emploi potentiel de ces nouveaux marchés avoisinerait les 300 000 postes ce qui représente un chiffre de 5,5 M€. 

L’évolution sociale explique ces chiffres. Il faut prendre en compte l’allongement de la durée de vie, le maintien des personnes dépendantes à leur domicile, la hausse de revenus d’une certaine catégorie sociale, le changement des styles de vie et des valeurs sociales et la femme qui rejoint de plus en plus le monde du travail. Les mesures gouvernementales de réductions d’impôts et d’avantages sociaux encouragent aussi de façon notoire l’évolution de ce marché.

Les chiffres clé du secteur des services à la personne (étude 2007)

Les tendances de la dernière année sont fournies par le baromètre BIPE-ANSP :
– Ce n’est pas moins de 1,9 millions de salariés qui ont travaillé pendant 1,82 milliards d’heures auprès de 4,5 millions de ménages.
– Parmi les ménages faisant appel aux services à domicile, il y en a 2,6 millions qui sont des particuliers employeurs.
– Sur les 1,9 millions de salariés, 51 % sont salariés par des particuliers employeurs, 9 % par des organismes et 24 % cumulent les deux statuts.
En conclusion, en moyenne, un prestataire a 6,23 employés et génère un CA de 4,2 M€.

Les opportunités du Marché

En France, 1/3 des personnes de plus de 80 ans vivent encore à leur domicile. 23 % de la population française à plus de 60 ans. Cette population vieillissante nécessite une prise en charge croissante.
Le changement des modes de vie influe aussi grandement dans ce besoin de services à la personne. Beaucoup de personnes ont quitté leur province trouver du travail dans les grandes villes ce qui a entraîné une disparition de certains services en milieu rural et la rupture de l’assistance aux parents âgés.
Plus de 80 % des femmes ont une activité professionnelle et par manque de temps doivent sous-traiter les tâches domestiques et déléguer également le temps consacré aux enfants.

Les freins du marché

Le secteur des services à la personne manque d’ancienneté et de recul et un manque de visibilité en découle.
Les entreprises souffrent de l’émiettement de ce secteur. Les opérateurs sont souvent des associations ou des entreprises d’insertion. Il en découle un manque de structuration et un manque de notoriété.
Les métiers développés dans les secteurs de services à la personne souffrent encore d’une image de marque négative. Ils restent dans les mentalités comme des boulots peu lucratifs et sans qualification.
Le recrutement du personnel est difficile. Il y a pénurie de candidats et de qualification. Souvent les candidats répondant aux campagnes de recrutement manquent de motivation. Et parfois les métiers du secteur de services à la personne sont pratiqués ‘au noir’.

Qui sont les entreprises de services à la personne ?

Les principaux acteurs du secteur des services à la personne en 2007. Trois catégories animent le secteur : les associations, les entreprises de service à la personne et les particuliers employeurs, les collectivités locales.

1) Les associations
Contrairement aux idées reçues, le taux des utilisateurs qui fait appel à une association pour obtenir des services à la personne est seulement de 8 %. Mais, la part de marché des associations est plus importante en ce qui concerne plus spécifiquement l’aide à domicile des personnes âgées ou handicapées (28 %). On retrouve aussi 21 % de part du marché pour le ménage, 18 % pour le repassage et la couture,13 % pour le jardinage et 11 % pour le baby-sitting et le soutien scolaire.
Les utilisateurs qui font appel aux associations ont en général une personne de plus de 80 ans au domicile (16 %) ou dont les revenus se situent entre 1 000 et 1 500 euros.
Les points forts des associations sont le prix et la simplicité. La dépense moyenne des utilisateurs qui font appel aux associations pour leur service est en moyenne de 69 € contre une moyenne de 83 € pour l’ensemble de tous les prestataires.

2) Les indépendants
Par comparaison avec les associations, les utilisateurs faisant appel aux indépendants sont de l’ordre de 39 % pour un coût mensuel de 68 euros. Si ce chiffre est au-dessous de la moyenne c’est parce que les indépendants offre des services n’impliquant pas des équipements et les prestations sont parfois réglées de façon ‘non officielle’.
Les services à la personne proposés par les indépendants sont en majorité liés à l’enfance et aux seniors. La part de marché du baby-sitting est de 63 %, la garde après l’école de 61 %, le repassage et la couture 43 %, et 40 % pour l’aide aux personnes âgées ou handicapées.
Dans les services à la personne proposées par les indépendants, on trouve aussi les soins de beauté, le soutien scolaire, la surveillance des résidences ou le gardiennage des animaux familiers. L’ensemble de ces services n’impliquent en général pas de qualification très particulière.
La valeur reconnue chez les indépendants par les utilisateurs des services à domicile sont surtout l’honnêteté et la confiance. Les utilisateurs de ces services sont surtout les ouvriers (50 %), ou ceux dont le revenus est inférieur à 3 000 euros.

3) Les entreprises
Les utilisateurs des services à la personne qui font appel aux entreprises spécialisées dépensent en moyenne 95 € par mois, ce qui est largement supérieure à la moyenne de 83 euros.
Ils sont 51 % à faire appel à ces prestataires. La part de marché la plus exploitée par les entreprises de services à la personne est celle qui lie deux activités. Par exemple la livraison des repas à domicile (59 %), ou les courses (54 %). Mais aussi lorsque ces services impliquent une valeur ajoutée, du matériel et des connaissances techniques comme le dépannage informatique à domicile (59 %) ou l’entretien de la maison et du jardin (57 %).
Les grands points forts des entreprises spécialisées dans les services à la personne sont les garanties, la compétence et le conseil. Elles cumulent aussi des points faibles comme le prix (26 %), la simplicité (24 %), le relationnel (23%), etc… On leur reproche l’absence de disponibilité comme pour les petites entreprises et aussi l’absence de proximité comme pour les grosses entreprises.
Les utilisateurs des services à la personne proposés par les entreprises sont surtout les cadres et les professions libérales (60 %) ou ceux qui ont un revenu supérieur à 3 000 euros.

L’agence nationale des services à la personne

Il faut simplifier les procédures et faciliter l’accès aux services. Aujourd’hui, la structure administrative de référence est l’Agence Nationale des Services à la Personne. Avant, il y avait dix-huit ministères différents qui traitaient l’ensemble des services à la personne. Chaque département a son délégué territorial placé auprès du préfet. Des enseignes nationales servent également d’intermédiaire entre les producteurs du service et les consommateurs.

C’est l’Agence nationale des services à la personne qui pilote les initiatives de promotion et de développement des emplois et coordonne l’activité des ministères concernés.

Son rôle est important :
Elle favorise l’innovation de nouveaux services et de leurs nouveaux acteurs et encourage la création d’emploi. Elle met en œuvre des programmes pour favoriser la qualité et la promotion des services.
Elle incite à la négociation collective pour améliorer les conditions de travail, les salaires des professionnels et l’évaluation de la formation.
L’agence nationale des services à la personne assure et participe au développement du ‘chèque emploi service universel’ préfinancé. Pour aider au développement de la qualité, l’état a mis en place un paiement spécifique : le CESU Chèque Emploi Service Universel. Ce mode de paiement préfinancé a été adopté aussi bien par les entreprises du secteur que par les particuliers.

L’Agence nationale des services à la personne assure aussi un rôle d’observatoire statistique en collaboration avec les collectivités et les instituts de recherche. Elle assure l’information sur les règles applicables au secteur.

Fermer le menu
×
Recevez chaque semaine la newsletter AC Franchise
Infos sur les réseaux qui recrutent, guides pratiques, conseils pour réussir …