Transmission d'entreprise et droits du conjoint survivant

Renforcés par la loi n°2001-1135 du 03/12/2001, ces droits peuvent néanmoins être mis à mal dans le cas de la transmission d'entreprise.




En effet, si la transmission n'a pas été anticipée, l'entreprise sera en indivision entre le conjoint survivant et les héritiers, entre le moment du décès et le partage Ce régime peut conduire à des situations de blocage. Au moment du partage, la nature juridique de l'entreprise aura une incidence importante sur la répartition du pouvoir.



Si l'entreprise a fait l'objet d'une donation du vivant de l'entrepreneur à ses enfants, le conjoint survivant n'aura aucun droit sur l'entreprise. Il est donc nécessaire, pour une meilleure protection du conjoint, que l'entrepreneur envisage des solutions alternatives.



Vu dans Les Echos - 2003, article signé Bernard Monassier et Paul-André Soreau, notaires du groupe Monassier France)









Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 4 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 27/04/04 02:00

Les franchises qui recrutent