Pour la prévention des faillites : la loi Perben

Ce texte devrait plaire aux entrepreneurs et les inciter à s'adresser davantage aux juges des tribunaux de commerce qui n'ont pas toujours la côte...

Les députés ont déjà voté le projet de loi de sauvegarde des entreprises et le ministre espère son adoption définitive avant le 14 juillet afin de publier les premiers décrets d'application dès 2006.

Devant le nombre impressionnant de 45 000 entreprises en dépôt de bilan chaque année, le ministre veut anticiper les difficultés et permettre aux entreprises de rattraper la situation avant qu'il ne soit trop tard. Une procédure de sauvegarde doit geler les poursuites des créanciers durant deux mois. Ce délai peut être reconduit une fois et doit être mis à profit pour trouver une solution négociée approuvée par le juge. L'avantage pour le chef d'entreprise est de rester maître de la situation et de se trouver sous la protection du juge avant qu'il ne soit trop tard.

Une seconde innovation réside dans une procédure de conciliation encore une fois anticipée à la demande du chef d'entreprise. Cette procédure garantit le concours financier des banques à partir du moment où elle est homologuée par le juge.

Deux autres points sont ajoutés pour rassurer les responsables d'entreprise. D'abord il est mis fin au principe de la sanction automatique du chef d'entreprise en faillite, il s'agit de distinguer le patron voyou du patron malchanceux ou maladroit. Par ailleurs les juges pourront ordonner aux chefs d'entreprises qui ne déposent pas leurs comptes annuels de se mettre en règle  " sous peine d'astreinte "...

Dominique Deslandes

Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 1 jour

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 18/04/05 02:00

Les franchises qui recrutent