On ne crée pas avec un euro seulement

Créer son entreprise avec un capital initial de seulement 1 euro. Voilà une volonté politique initiée par Alain Madelin et enfin retranscrite dans la loi depuis août 2003 et la loi sur l'initiative économique.

Mais attention, personne ne crée aujourd'hui une entreprise avec juste 1 euro en poche. Quel que soit le type de création, il est toujours nécessaire d'apporter un minimum de capitaux pour démarrer.

Une société à un euro, ce n'est qu'une disposition qui permet de créer une société avec un capital social de 1 euro d'où la possibilité de mettre votre patrimoine privé à l'abri en cas d'échec.

Le créateur d'entreprise a toujours un investissement de départ : locaux, véhicule, équipement qui constituent son capital de démarrage. Celui-ci est plus ou moins important selon le projet. Un consultant indépendant aura juste besoin d'équipement informatique alors qu'un restaurateur devra consentir de lourds investissements avant même le démarrage de l'activité.

Si vous avez peu de moyens, n'allez donc pas voir votre banquier avec juste une idée floue et un euro. Entourez-vous d'abord de conseils. Essayez de voir si vous ne pouvez pas attirer d'autres capitaux (partenaires financiers, associés, etc.). Quel que soit l'organisme prêteur, il sera rassuré si vous vous êtes longuement interrogé sur votre projet et si vous n'agissez pas isolément.

Bruno PLACE

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - un mois

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 2 mois

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 5 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 15/04/07 02:00

Les franchises qui recrutent