Les marges arrières en question : un serpent de mer

Le 26 juillet 2004, nous écrivions ceci à propos des marges arrières et rien n'est réglé. L'état a déjà changé 3 fois la loi depuis, sans résultat autre que de troubler le commerce en faussant les régles de la concurrence et d'empêcher les entrepreneurs d'avoir une vision politique et stratégique à moyen terme.
Les professionnels ont finalement retenu des décisions plus modestes que celles prévues nitialement par le ministre de l'économie et des finances.
La concertation de juin a été lancée par Nicola Sarkozy un an après l'adoption de la circulaire Dutreil et la signature de l'accord ANIA/FCD. L'objectif du ministre était la baisse des prix à l'horizon 2005 à hauteur de 5 %. A ceci est associé le fameux gel des marges arrières pour 2004 et le recul d'un point pour 2005, mais elles devraient être complètement supprimées pour les produits frais agricoles. On s'interroge sur la pertinence de la loi sur le seuil des reventes à perte, dont l'un des effets a été d'augmenter les taux de coopérations commerciales et autres marges arrières ! Le ministre est clair : l'immobilisme des acteurs conduirait immanquablement à une nouvelle législation, piste déjà évoquée par Renaud Dutreil...
Dominique Deslandes





Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 3 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 03/04/08 02:00

Les franchises qui recrutent