Les bénéficiaires de la guerre des prix

Chacun son porte monnaie... Les consommateurs les plus modestes n'ont pas le sentiment que les prix baissent contrairement aux organismes qui effectuent les mesures.

Pour les consommateurs ayant des revenus situés entre 1000 et 2500 €, les prix des produits alimentaires des grandes surfaces ont grimpé plus vite que la moyenne. Cette tendance inflationniste a un impact fort pour des budgets où le poste alimentaire représente une part conséquente, de l'ordre du cinquième des dépenses, alors qu'il n'en prend qu'un septième pour la moyenne des français.

A contrario les responsables d'entreprises et les personnes dont les revenus dépassent 4 500 € par mois bénéficient d'une régression de l'inflation de l'ordre de 8 %. Une nouvelle disparité encore plus forte puisque pour eux le poste de l'alimentation ne représente qu'un neuvième de leurs dépenses. Ainsi prenons le cas des retraités : ils consacrent 18 % de leurs dépenses à l'alimentation et l'on peut vérifier que leur panier moyen a subi une inflation de l'ordre de 4 %.

En effet depuis la Loi Dutreil on note que les marques nationales sont plutôt déflationnistes alors que les marques de distributeurs et les premiers prix se redressent. Remarquons que du fait de la diminution du prix des marques nationales, certains peuvent plus facilement y avoir accès... Ainsi cela peut permettre à un foyer modeste d'acheter le meilleur pour son enfant, car, à part sur l'alimentation, il a très peu de marge de manœuvre... Il est possible d'acheter moins mais mieux.

Dominique Deslandes

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - un mois

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 2 mois

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 5 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 09/06/07 02:00

Les franchises qui recrutent