Le projet pour l'ouverture dominicale

La période électorale n'est pas favorable à une réforme radicale, il semblerait que l'on s'oriente vers un projet en deux temps.



Certaines mesures sont pourtant à prendre rapidement. Aussi le Conseil Economique et Social (CES), chargé de travailler sur le sujet, donne quelques pistes urgentes et propose de continuer à approfondir le sujet non pas seulement en fonction du droit du travail mais aussi des problématiques de concurrence et des visions sociétales.


Le principe de repos dominical est maintenu. A partir de là il est suggéré de simplifier les règles existantes. Les commerçants devraient pouvoir choisir les dates des cinq ouvertures dominicales exceptionnelles par an, sans l'intervention des maires ni des préfets. D'autant que les distributeurs sont encouragés à s'entendre sur les dates à retenir.


Le CES préconise aussi d'étendre à tous les types de commerce la faculté d'ouvrir dans les zones touristiques. Il suggère également l'ouverture le dimanche jusqu'à 13 heures, et non midi, pour les commerces alimentaires. Enfin le volontariat et la compensation salariale restent la règle.


Une réflexion d'ensemble sera donc poursuivie par le CES qui s'est auto saisi. Elle viserait en particulier à régler la questions des autorisations individuelles accordées sur demande par les préfets et par l'extension éventuelle de la liste des professions bénéficiant d'une dérogation. Selon le CES, il s'agit de faciliter la vie des gens sans vouloir justifier le tout libéralisme.


Du côté des syndicats patronaux et syndicaux se comptent de virulents opposants aux ouvertures dominicales. Une campagne nationale d'affiches a fleuri dans de nombreux magasins. Au Premier Ministre de se déterminer...




Dominique Deslandes



Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 5 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 03/04/07 02:00

Les franchises qui recrutent