La Suisse veut réduire les barrières à l'importation

Un peu de souplesse dans les règlements helvétiques devrait permettre d'importer davantage de produits européens afin de diminuer les prix, notamment dans l'alimentation.

Une nouvelle loi reconnaît enfin le principe dit du cassis de Dijon qui remonte à plus de 25 ans. En effet en 1979, la Cour de justice de la Communauté Européenne avait contraint l'Allemagne à autoriser l'importation de cette liqueur française bien que non conforme à la législation du pays.

La Suisse quant à elle a maintenu une législation très contraignante qui empêche le libre jeu de la concurrence en renchérissant le prix des produits importés. Par exemple l'étiquetage doit être fait en trois ou quatre langues nationales... La nouvelle loi doit s'appliquer aux denrées alimentaires mais aussi aux cosmétiques, aux textiles, aux bicyclettes et aux systèmes d'alarme. Les produits soumis à homologation comme les médicaments en sont exclus. 

Cette réforme est une bonne nouvelle pour le consommateur suisse qui paie les produits 20 à 40 % plus cher que dans le reste de l'Europe. Avant d'ouvrir ses frontières aux produits européens, la Suisse va commencer par libéraliser le commerce du fromage avec l'Union Européenne dès le 1er juin. En contrepartie il se pourrait que soit reconnue leurs appellations d'origine contrôlée... Mais ce n'est pas aussi évident, ainsi pour l'emmental, la Suisse souhaite enregistrer ce fromage comme une AOC mais l'Union Européenne soutient qu'il s'agit d'une appellation générique...

Dominique Deslandes

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - 10 jours

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - un mois

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 4 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 22/04/07 02:00

Les franchises qui recrutent