La réforme Galland continuera à déstabiliser les supers et hypers

La réforme annoncée et la campagne pour la baisse des prix ont fragilisé les magasins en 2004, la Loi Galland avait permis l'augmentation des marges, sa réforme devrait les réduire.

Cette vision catastrophe est une hypothèse sérieuse au regard de la situation actuelle. La marge d'exploitation moyenne des enseignes intégrées françaises devrait baisser de 25 % d'ici à 2006. Cette situation pourrait entraîner une pression sur les marges des fournisseurs et des risques " paiement ". Or on a déjà constaté que le nombre de dépôts de bilan de magasins a augmenté de 9,8 % dans le secteur de la distribution, un phénomène qui touche surtout les supérettes " non adossées " à un groupe.

La réforme pourrait avoir un impact même sur les groupes intégrés. En effet la moitié des marges arrière, auxquelles les autorisait la Loi Galland, devrait à nouveau être perdues en deux ans, ce qui correspond bien à 25 % du résultat brut d'exploitation et représente 4 % du chiffre d'affaires en moyenne... Par ailleurs l'effet baisse des prix n'a pas eu jusqu'à présent d'impact, ni sur le chiffre d'affaires ni sur les volumes. D'où les craintes pour les deux années à venir.

Pour remonter le secteur pourrait se voir entraîner dans une course à la taille critique, mais aussi à la concurrence exacerbée entre enseignes, dans ce cas ce sont les fournisseurs qui en pâtiraient... On peut se demander s'il est judicieux que l'Etat intervienne aussi souvent de manière contradictoire et contribue ainsi à déstabiliser les entreprises...


Dominique Deslandes

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - un mois

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 2 mois

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 5 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 24/02/05 01:00

Les franchises qui recrutent