La baisse des charges sur le Smic : un atout pour les TPE ?

A partir du 1er juillet 2007 les employeurs de moins de 20 salariés n'auront plus de cotisations de Sécurité sociale sur les salaires payés au Smic.

Un allègement progressif sera appliqué pour ceux correspondant allant de 1 à 1,6 fois le salaire minimum.

Les très petites entreprises sont donc privilégiées par le gouvernement Villepin. Normal : elles sont près de 2 500 000 en France et produisent 28 % de la richesse et font travailler 30 % des salariés. Et surtout elles créent de l'emploi.

L'allègement de charges ainsi prévu à leur bénéfice concerne l'assurance maladie, vieillesse et les allocations familiales. Ne subsistent donc que celles liées à l'assurance chômage, aux retraites complémentaires et aux accidents du travail.

Concrètement cette mesure change peu la vie des TPE compte tenu des allégements dits " Fillon " sur les bas salaires, en effet les employeurs n'acquittent déjà plus que 21 % de cotisations patronales de Sécurité sociale sur le Smic. On s'interroge sur la pérennité de telles mesures qui sur le terrain favorisent le maintien des salaires au niveau du Smic... On appelle ça une trappe à bas salaires. De plus cette mesure risque de creuser l'écart entre les TPE dénommées souris et les gazelles, les entreprises de 20 à 250 salariés qui n'y ont pas droit, de même pour l'accès au CNE (Contrat Nouvelle Embauche) lui-aussi réservé aux moins de 20...

Dominique Deslandes

Articles similaires

Les ventes en ligne dans la franchise et le commerce associé

par MA - 7 jours

Le règlement d’exemption n° 330/2010 du 20 avril 2010, entré en vigueur en juin 2010 incite les opérateurs y compris les réseaux et enseignes à développer leurs activités en ligne. Dès lors qu’ils sont agréés, les distributeurs, parmi eux les fran...

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 27 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 4 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

Informations clés

  • Crée le: 17/01/07 01:00

Les franchises qui recrutent