Hôtels et restaurants adoptent le Smic

Une sixième semaine de congés payés pour éviter les 35 heures, et un retour au droit commun du salaire minimum: c'est l'accord signé cet été par le principal syndicat patronal,

en échanges d'allègements de charges prévus par le projet de loi de soutien à la consommation et à l'investissement, adopté vendredi dernier par le Sénat. Le milliard et demi d'euros "d'aides à l'emploi" alloué par l'Etat à l'hôtellerie-restauration devrait permettre aux employeurs de financer la hausse du Smic jusqu'à la fin 2005.

Du moins selon le ministre de l'Economie, qui s'est montré suffisamment rassurant aux yeux de l'Umih. Bruxelles, espère la France, pourrait ensuite autoriser la TVA à 5,5% dans la restauration à partir du 1er janvier 2006, ce qui mettrait fin de fait aux aides à l'emploi.

Le Groupement national des chaînes (GNC) a également signé cet accord et la Confédération des professionnels indépendants de l'hôtellerie réfléchit. Mais l'accord ne pas fait l'unanimité parmi le patronat. Le Synhorcat, deuxième organisation patronale de l'hôtellerie-restauration représentant 10.000 PME, est farouchement opposé à la sixième semaine de congés payés. Dès le début des négociations, il menaçait de fermer de nombreux établissements. Craignant d'être attaqué en justice, l'Umih avait donc préféré retarder la signature de l'accord, dans l'attente de garanties sur la pérennisation des aides de l'Etat. Pendant un moment, "l'idée de d'abandonner la sixième semaine, notamment pour les temps partiels, avait traversé l'esprit de l'Umih", précise la CFDT, qui pourrait ajouter son paraphe à l'accord.

Dominique Deslandes

Articles similaires

Quid de la Loi travail après le décret d’application ?

par acf - 5 jours

Le projet de loi avait provoqué une mobilisation des professionnels de la franchise qui lui reprochaient d’aller à l’encontre du principe d’indépendance entre franchiseur et franchisé en créant un lien entre salariés des franchisés et le franchiseur.

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - 3 mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 4 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 23/09/04 02:00

Les franchises qui recrutent