De l'obligation de reclasser un salarié dans le réseau de franchise

Un employeur franchisé qui licencie l'un de ses salariés pour inaptitude, ou raison économique, doit procéder à une recherche de reclassement au sein du réseau de franchise. Ce dernier étant assimilé à la notion de groupe en matière sociale.

La jurisprudence sociale considère que le réseau de distribution demeure un groupe, générateur d'obligations sociales pour les employeurs, membres du réseau
.

Selon un arrêté de La chambre sociale de la Cour de Cassation le 15 janvier 2014 et de la Cour d'Appel de Rouen le 3 décembre 2013, 

Circonstances du contentieux et verdict des juges


Les franchisés employeurs membres d'un réseau de franchise ont été poursuivis par leurs anciens salariés, demandant à ce que leur licenciement soit requalifié en licenciement sans cause réelle et sérieuse, au motif que leur employeur n'avait pas satisfait à son obligation de reclassement.

Les employeurs franchisés objectaient qu'ils avaient satisfait à leur obligation de reclassement, en recherchant au sein de leur entreprise un poste, et qu'ils n'avaient pas l'obligation de rechercher un poste au sein du réseau de franchise auquel ils appartenaient. Les membres du réseau étant des distributeurs indépendants. Les juges ont considéré que la recherche d'un poste de reclassement doit être effectuée non seulement dans l'entreprise de l'employeur, mais également dans toutes les entreprises du groupe auquel appartient l'entreprise, considérant que le réseau de franchise est présumé constituer ce groupe..

Dans l'arrêt rendu par la Cour d’appel de Rouen, les juges ont considéré que l'obligation de reclassement n'avait pas été respectée Dans le second cas, la Cour de cassation sanctionne la Cour d'appel pour avoir exclu l'application de l'obligation de reclassement au Réseau, considérant que l'activité dans le cadre du contrat de franchise ne suffit pas à démontrer l'absence de permutabilité du personnel.
Dans sa tribune,  Fanny Roy du cabinet Piot-Mouny & Roy Avocats basé à Lyon considère cette  position comme juridiquement incompréhensible. Et de souligner «  Comment admettre que la notion de groupe au sens du Droit du Travail puisse englober des entreprises qui n'ont rien en commun, si ce n'est l'exploitation d'une marque et d'un concept ?(..) « En attendant que cette jurisprudence ne soit précisée, ou mieux encore annulée, les franchisés devront chercher une solution de reclassement au sein du réseau si aucune ne peut être faite dans l´unité de franchise concernée. »

Vu dans chef d´entreprise

Articles similaires

La gérance-mandat, Késaco ?

par HK - un mois

A mi-chemin entre l’entrepreneur totalement indépendant et le salarié tenu de respecter les consignes imposés par son employeur, le gérant-mandataire jouit d’une certaine liberté dans le cadre du contrat conclu avec son mandant. Mais surtout, il e...

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 3 mois

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Publication du décret relatif à l’instance de dialogue social

par HK - 3 mois

Le décret d’application de la loi travail relatif aux modalités de l’instance de dialogue social vient de paraître. Rappelons que l’instance en question fait partie des dispositions de la loi El Khomri et qu’elle porte sur la représentation du per...

Informations clés

  • Crée le: 17/03/14 04:53

Les franchises qui recrutent