Une zone euro à l'heure allemande ?

Dans une allocution sur la zone euro, Aurélien Duthoit, directeur d'étude chez Xerfi Global, dressait un portrait de la situation économique de l'Europe et des perspectives sur les cinq prochaines années. Un exposé dans lequel il affirme que rien ne sert de se voiler la face : "La zone euro est passée sous le leadership de l'Allemagne."

Plus les sommets économiques se succèdent pour tenter de rétablir la situation, plus, selon le directeur d'étude, on assiste à une prédominance de la conception allemande. (Note d'AC Franchise : Ceux qui gèrent bien finissent par être récompensés de leurs efforts.)

La prédominance des propositions allemandes

Premier argument : les positions européennes face à la Banque centrale européenne (BCE). Si la France a longtemps soutenu une forme monétisation de la dette des pays membres par la BCE (dans un rôle d'acheteurs de dettes en dernier ressort), cette solution est refusée catégoriquement par l'Allemagne qui affirme que le redressement ne peut s'appuyer uniquement sur la gestion de la dette mais bien sur un assainissement plus global de son économie.
Deuxième argument : le gouvernement allemand a refusé toute avancée en matière de fédéralisme et il a obtenu de la part de ses partenaires européens qu'ils s'engagent d'urgence dans la réduction de leurs déficits publics.

Un fossé zone euro Nord et zone euro Sud

Le manque de cohérence dans la gestion de leur économie devraient porter très lourdement sur la croissance des pays de la zone euro d'ici 2017 et les différences entre les positions françaises et allemandes reflètent surtout des différences fondamentales dans la zone euro et le fossé qui s'est creusé ses dix dernières années entre les pays de la zone euro Nord (Pays-Bas, Belgique, Autriche, Finlande, Allemagne) et les pays de la zone euro Sud (Grèce, Portugal, Espagne, Italie, France).
Ce contexte se traduit par de grands indicateurs macroéconomiques qui s'opposent comme la balance commerciale, la balance des transactions courantes, le déficit public et le taux de chômage : comme autant de lignes de fracture qui sépare la zone euro en deux ! "On retrouve donc une zone euro coupée en deux, affirme Aurélien Duthoit. Au Nord, on fabrique et on exporte. Au Sud, on consomme et on importe." Et côté chômage, s'il recule partout ou presque sur la zone Nord depuis dix ans, il a pratiquement progressé partout dans le Sud. Il a même explosé en Espagne (45 % des espagnols de moins de 25 ans sont au chômage), en Grèce et au Portugal.
Consultez d'autres actualités sur la franchise

Audrey, rédactrice AC Franchise

Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 18 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 23 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 25 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 17/04/12 02:00

Les franchises qui recrutent