Une nouvelle mesure pour restaurer la compétitivité des entreprises : le CICE

Lors de l'annonce du pacte pour la compétitivité, le premier ministre avait rendu public toute les mesures du pacte national en direction des entreprises et parmi elles, le CICE, crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi. Un dispositif de 20 milliards d'euros par an avec une montée en puissance sur 3 ans (10 milliards en 2013, 15 milliards en 2014 et 20 milliards en 2015). Il a été adopté par l'assemblée nationale le 19 décembre et peut désormais bénéficier aux associations, syndicats professionnels et coopératives.

Un allègement des charges de 6% pour les entreprises

Le CICE est ainsi calculé : 6% sur la masse salariale brute de l'entreprise qui entrera dans les comptes de l'entreprise sous forme de créance à déduire de l'impôt sur les sociétés (l'IS). Son montant sera proportionnel à la masse salariale brute de l'entreprise hors salaires supérieurs à 2,5 fois le smic (soit environ 3.560 euros brut par mois)
Une entreprise non bénéficiaire touchera ce crédit directement. Pour l'année 2013, ce crédit d'impôt sera pris en compte pour l'IS à payer en 2014. Cependant, les petites entreprises en difficulté de trésorerie pourront dans certains cas se faire financer ce crédit d'impôt auprès de la Banque publique d'investissement (BPI) dès 2013.
Cette mesure vient en complément des allègements de charges sur les salaires inférieurs à 1,6 fois le smic. Elle sera financée pour la moitié par des réductions de la dépense publique et l'autre moitié de recettes fiscales – 2/3 de la TVA et 1/3 de la nouvelle fiscalité écologique instaurée pour 2016 –
Les taux de TVA seront revus au 1er janvier 2014 : le taux réduit de 5,5% sera de 5%, le taux intermédiaire passera de 7% à 10% et le taux normal s'élèvera à 20% au lieu des 19,6% aujourd'hui.

Un bonus fiscal pour investir, former, embaucher et développer la recherche et développement

"Les marges financières dont les entreprises pourront disposer pour investir ou embaucher au titre du crédit d'impôt doivent être utilisées à bon escient et dans la transparence", a expliqué Jean-Marc Ayrault et non à rémunérer davantage les actionnaires ou à procéder à des rachats d'actions.
Quant à Laurence Parisot, présidente du Medef, elle refuse toute contrepartie considérant que le pacte de compétitivité doit reposer sur la confiance et ces mesures doivent aller vite pour éviter les destructions d'emploi dans le pays.
Un suivi de la bonne utilisation des fonds devraient être assuré par les représentants des salariés ainsi qu'à travers un comité national dont l'application reste encore vague.

Les autres mesures pour consolider la trésorerie des entreprises

Parmi les mesures de ce pacte de compétitivité, qui sont au nombre de 34, citons la mise en place d'un demi-milliard d'euros de crédits à court terme via la banque publique d'investissement destinés à consolider la trésorerie des entreprises ainsi qu'un plan sur les délais de paiement, une réforme fiscale de l'épargne pour encourager le financement des entreprises et la création d'une bourse des PME et d'un PEA.

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 4 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 6 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 07/01/13 01:00

Les franchises qui recrutent