Une loi prévoit l'évolution du statut de l'EIRL

L'entrepreneur individuel à responsabilité (EIRL) verra son statut évoluer pour s'approcher de celui des dirigeants de société et pour limiter l'étendue du patrimoine pouvant être saisi en cas de difficultés. Une réforme importante pour les créateurs, franchisés ou non.

Cette évolution va réduire l'inégalité existant entre un entrepreneur individuel qui prend des risques de faillite personnelle et un dirigeant de société qui est en fait un salarié protégé. Le régime de l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée pourrait être adopté par les artisans, commerçants, agents commerciaux, et membres des professions libérales.
Le projet prévoit que puisse s'appliquer le régime fiscal et social de l'EURL. L'entrepreneur pourrait donc opter pour l'impôt sur les sociétés, et ainsi calculer ses cotisations sociales sur sa rémunération et non sur le bénéfice de l'entreprise. La mention EIRL devrait figurer sur tous les documents professionnels ; la mention « entrepreneur individuel à responsabilité limitée » ou le sigle EIRL devrait précéder ou suivre la dénomination commerciale de l'entreprise.

Et le patrimoine !

L'entrepreneur individuel pourrait constituer un patrimoine d'affectation, destiné à garantir ses créanciers professionnels liés à son activité tels que banques, fournisseurs mais également fisc. Le recours à la société ne serait pas nécessaire pour protéger son patrimoine personnel.  Une même personne ne pourrait déclarer qu'un seul patrimoine affecté, mais celui-ci pourrait concerner plusieurs activités indépendantes.
 Le patrimoine affecté se composerait de tous les biens (ex : le matériel), droits (ex : le droit au bail), obligations et sûretés (ex : gage, nantissement, hypothèque, privilège) qui sont nécessaires à l'activité de l'entrepreneur et dont il est propriétaire, les biens, droits, obligations et sûretés utilisés pour l'activité professionnelle et que le dirigeant a décidé d'affecter à ce patrimoine le protégeant.
L'entrepreneur serait tenu d'ouvrir, auprès d'un établissement bancaire, un compte bancaire exclusivement dédié à l'activité professionnelle indépendante visée par la déclaration d'affectation.  L'affectation d'un bien commun ou indivis nécessiterait l'accord exprès du conjoint ou co-indivisaire de l'entrepreneur, et son information préalable sur la portée de son engagement. Il ne pourrait pas figurer dans plusieurs patrimoines d'affectation.
Parallèlement, la mesure de déclaration d'insaisissabilité serait supprimée à compter de la publication d'une ordonnance adaptant le droit français au régime de l'EIRL. Les déclarations d'insaisissabilité faites antérieurement continueraient de produire leurs effets. 
L'évaluation d'un bien immobilier serait faite par un notaire choisi par l'entrepreneur individuel à responsabilité limitée, et la formalité serait publiée au bureau des hypothèques. Dans le cas de l'affectation d'une partie d'un bien immobilier, devrait être établi un acte descriptif de division distinguant précisément la partie affectée de celle non affectée.
Pour un bien supérieur à un certain seuil, un amendement de l'Assemblée nationale élargit le choix des professionnels libéraux auquel l'entrepreneur pourrait recourir pour cette évaluation : commissaire aux apports ou expert-comptable. Le projet de loi pose le principe de la tenue d'une comptabilité autonome dans le cadre de l'EIRL.
Il s'agit bien de mieux  protéger l'entrepreneur individuel de la ruine et d'encourager la prise de risque.
Dominique Deslandes

Lire aussi : L'évolution de l'EIRL en questions

Articles similaires

Devenir courtier en crédit

par Dorsaf Maamer - 9 jours

Avec un marché de l'immobilier très actif et un nombre croissant de particuliers faisant appel à un courtier, le métier a assurément de beaux jours devant lui. L'entrée en vigueur d'un nouveau cadre réglementaire en janvier 2013 a favorisé l’augme...

Régler un litige avec votre banque

par LA - 9 jours

Vous n'êtes pas d'accord avec votre banquier ? Il peut arriver qu'un différend vous oppose à votre banque comme cela pourrait se produire avec n'importe quel autre commerçant. La cause de votre mécontentement peut correspondre à un réel

Le métier de courtier en crédit immobilier

par DM - 16 jours

Le courtier exerce l’intermédiation en vertu d’un mandat du client. Il joue donc le rôle d’intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement. Il peut exercer dans plusieurs spécialités dont le crédit immobilier, le rachat de crédits...

Informations clés

  • Crée le: 02/04/10 02:00

Les franchises qui recrutent