Un contact de qualité est le minimum que l'on puisse attendre d'un commerçant

Les clients sont confrontés à des produits et des enseignes très concurrentiels, à prix égal ce qui fait la différence est souvent lié à la sympathie qui s'instaure avec le vendeur. Des techniques existent pour faciliter le contact.
On dit qu'on n'a pas souvent l'occasion de faire une seconde fois bonne impression… La première est déterminante. L'extérieur du magasin doit être attractif, propre, la vitrine claire exposant les produits par thème ou créant un univers, les promotions évidentes. A l'intérieur le client doit retrouver facilement ses produits. On peut mettre en œuvre des techniques de marketing sensoriel (1), l'éclairage doit être adapté et les produits accessibles avec les prix et étiquettes bien visibles.
Ensuite il y a le personnel… L'idéal est qu'il soit vêtu d'une manière judicieuse en fonction de l'image donnée par l'enseigne. Une jeanerie proposera un look différent d'une parfumerie ou d'une boulangerie… Certaines franchises  et certains distributeurs proposent une tenue vestimentaire obligatoire et facile à repérer pour le client.
L'accueil et le premier contact influeront rapidement sur le comportement du client. Le vendeur doit être ouvert, tonique et regarder le client dès son entrée dans le magasin, celui-ci a besoin d'être accueilli et respecté. Un sourire est le premier signe de sympathie.
Pour ce qui concerne la communication verbale, attention au piège des questions fermées : « Puis-je vous aider ? Non merci je regarde »… Vlan ! C'est rat酠 Il vaut mieux montrer plus franchement son écoute et sa disponibilité : d'abord saluer le client, le prendre en considération, proposer une information, adopter une intonation et un débit qui crée la confiance : «Bonjour Madame,  je vous laisse regarder, appelez-moi si vous voulez un renseignement, la nouvelle collection est sur la droite du magasin… Oui, merci ».
Une question ouverte incite le client à s'exprimer : « Pour quel usage souhaitez-vous ce produit ? ». Le ricochet permet d'approfondir sa demande : « c'est-à-dire pour combien de personnes ? ». La question fermée sera à utiliser si on veut obtenir un renseignement très précis : « quelle pointure souhaitez-vous ? ». L'alternative permet au client de faire un choix dans un cadre réduit à deux propositions : « vous pratiquez ce sport en professionnel ou en amateur ? ». *
Et puis il y a la technique de la reformulation : le vendeur reprend les éléments énoncés par le client qui permettent de cibler de manière claire son besoin. Cette reformulation est exprimée de manière synthétique et permet d'orienter vers un produit qui correspond exactement à ce besoin. Cette technique permet d'enlever les freins éventuels et d'insister sur les accords entre la demande et le produit offert.
C'est après une reformulation de qualité que le client peut prendre sa décision : l'effet miroir est à la fois efficace et sympathique. Cela prouve que le vendeur a bien écouté et compris son besoin et crée le climat de confiance, voire de complicité, attendu.
Dominique Deslandes

Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 15 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 19 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 21 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 16/09/10 02:00

Les franchises qui recrutent