PLAISIR D'AIDER EVOLUTION

Aide à domicile, ménage, jardinage

Apport personnel minimum : 15000 EUR

Type de contrat : franchise

Témoignages de franchisés Plaisir d'Aider (communiqué)

Communiqué de la franchise Plaisir d'aider. Cette franchise a malheureusement été placée en liquidation judiciaire en février 2011. 
Le secteur public de l'aide à domicile public est en crise. Le rapport 2010 de la Cour des Comptes, qui consacre un chapitre à l'aide à la personne, met en évidence que si le secteur reste porteur à moyen et long termes, sous l'effet du vieillissement de la population et de la montée de la dépendance, la situation est belle et bien critique. Le nombre récent de redressements judiciaires mettant en cause, le resserrement de l'aide aux financements, la concurrence entre organismes et une gestion parfois incertaine, en atteste.
 
Qu'en est-il du secteur privé ? (Note d'AC Franchise : Toujours selon Plaisir d'Aider)
Contrairement au secteur public, le secteur privé semble épargné et affiche même une belle progression. Plaisir d'Aider, réseau de franchises de services d'Aide à la personne, confirme la tendance avec des chiffres en progression de 25 à 30 %. Des franchisés témoignent…

Didier Caroubi, responsable de l'agence de Marcoussy

Combien de personnes avez-vous recruté en 2009 ?
6, mais toutes ne sont pas restées. Il faut savoir que malgré nos besoins, le recrutement n'est pas facile. Notre métier impose des critères auxquels nous sommes très attachés parmi lesquels : avoir la plus grande disponibilité, l'écoute et le respect des personnes chez qui nous intervenons mais aussi la plus grande autonomie.
 
Pensez-vous en recruter d'autres prochainement ?
Oui bien sûr, mais je préfère me restreindre à un personnel réduit, mon objectif étant de trouver des personnes vraiment dignes de confiance. Il ne s'agit pas, à mon sens, d'embaucher pour embaucher, et ce même si le besoin est réel, mais de miser sur de réelles qualités humaines.
 
Quelle a été la progression de votre CA en 2009 ?
Mon agence affiche une progression de 25 à 30 % pour l'année passée.

Anne-Pascale Muzard, responsable de l'agence de Chasseneuil

Avez-vous entendu parler de la crise que subissent actuellement les services d'aide à domicile publics ? Qu'en pensez-vous ?
Oui bien sûr, d'ailleurs à mon sens elle était inéluctable. Cette crise ne fait que pointer du doigt un problème d'évolution du secteur, j'entends par là que le secteur associatif se repose sur une situation qui jusqu'à maintenant était monopolistique.
 
 Les périodes de changement, qu'elles touchent à l'organisation ou à l'orientation même du travail doivent être accompagnées, notamment, en termes de formation.
 
 Pensez-vous être épargnée par ce contexte ? Si oui, à quoi cela tient-il ?
Oui, mais notre progression doit également nous servir à envisager d'autres orientations à apporter à notre secteur d'activité, à avoir plus d'ambition. Nous avons pour cela besoin que le secteur de la dépendance soit beaucoup plus ouvert. Dans ce sens, il semble primordial de pouvoir obtenir des agréments de la CRAM (Caisse d'Assurance Maladie) or, dans ce secteur, c'est toujours le secteur associatif qui prévaut. Il reste des inégalités face auxquelles nous devons trouver des solutions pour pouvoir évoluer en tant que professionnels et ainsi, donner le choix aux particuliers qui font appels aux services d'aide à la personne.

Monsieur Bertrand Renauld, Responsable agence Brest Métropole Océane et COM pays d'Iroise

Avez-vous entendu parler de la crise que subissent actuellement les services d'aide à domicile publics ? Qu'en pensez-vous ? Pensez-vous être épargné par ce contexte ? Si oui, à quoi cela tient-il ?
La crise dans les services publics fait régulièrement la une de la PQR mais nous ne pouvons nous comparer à eux ni en taille ni en services rendus. Pour être rentable, nous n'avons d'autre choix que de gérer notre activité au plus près : frais de structure, avec des locaux à minima, frais de gestion administrative que nous assurons et ne répercutons pas réellement dans nos coûts, salaires….
Enfin pour être objectif, il m'arrive de refuser des interventions non rentables, fractionnées à la demi-heure et j'ai aussi l'atout supplémentaire d'effectuer des prestations de jardin, de bricolage et de gros nettoyages avec l'agrément simple plus rentables en terme de marge que les prestations d'aide ménagère classiques.
 
Communiqué de la franchise Plaisir d'Aider

Les derniers articles PLAISIR D'AIDER EVOLUTION

La franchise de services expose au salon des services à la personne !

par Gaetane Pechon - 7 ans

Les 19, 20 et 21 novembre 2009 se tiendra le Salon des services à la personne à Paris, Porte de Versailles. Pour la troisième année consécuti...

La franchise de services à la personne qui simplifie la vie

par Gaetane Pechon - 7 ans

Communiqué 2009 du franchiseur qui a cependant été placé en liquidation judiciaire en février 2011. Créé en 2003, la franchise Plaisir d'Ai...

La franchise de services qui a su convaincre la banque CIC

par MARTINE MALATERRE - plus de 7 ans

Sur le marché des services à la personne, le nombre d'entreprises a explosé depuis quelques années. C'est le cas de la franchise Plaisir d'...

Informations clés

  • Crée le: 17/04/10 02:00

Les franchises qui recrutent