COVIVA

Spécial Franchise pas chère

Apport personnel minimum : 7500 EUR

Type de contrat : Franchise ou micro franchise

Témoignage de Mélanie Sauterot, franchisée à Marseille

La franchise Coviva se spécialise dans le service à domicile pour les personnes âgées et handicapées. Mélanie Sauterot est la franchisée Coviva pour la seconde agence de Marseille. Elle livre son témoignage.

Le choix du réseau

C'est à la fois “le challenge de construire quelque chose” et la volonté “de revenir à des valeurs plus essentielles et de mettre l'humain en avant” qui ont poussé Mélanie Sauterot à quitter le cabinet de courtage dans lequel elle travaillait depuis huit ans pour se lancer dans les services aux personnes âgées. “Dans ce secteur des services aux personnes âgées, il y a de réels besoins car beaucoup de personnes seules sont dans la détresse. Si nous sommes dans une société qui ne respecte pas ses racines, nous ne pourrons pas continuer à grandir nous-mêmes”, explique cette jeune femme de 35 ans qui, en août, ouvrira la deuxième agence Coviva de Marseille.
Avant de faire le grand saut, Mélanie Sauterot a pris le temps qu'il faut pour passer du souhait au projet. Notamment en préparant par correspondance le diplôme d'université (DU) “Gérontologie appliquée au maintien à domicile”. Parallèlement, elle a entrepris la délicate démarche du choix d'un franchiseur, rencontrant les responsables de plusieurs enseignes. “Avec Coviva, cela s'est très bien passé : j'ai été bien reçue par des personnes courtoises. J'ai eu l'impression que l'on discutait d'homme à homme, à égalité, sans hiérarchie. Ce qui n'a pas été le cas ailleurs”, analyse cette nouvelle franchisée pour qui la jeunesse est un autre atout du réseau Coviva : le ticket d'entrée est moins cher et le choix des implantations plus large. Toutefois, avant de signer son contrat, Mélanie Sauterot a pris contact avec plusieurs agences Coviva, dans différentes régions : “J'ai été bien accueillie et bien renseignée par des gens plutôt satisfaits de leur franchiseur”, témoigne-t-elle.
Enthousiaste, Mélanie Sauterot est aussi très lucide : “Je suis consciente qu'au démarrage il faut un peu de temps et beaucoup de travail. Les franchisés m'ont prévenue que cette attente est assez difficile à supporter mais qu'après cela fonctionne bien. Ce sont des entrepreneurs qui embauchent beaucoup. Pour construire pour l'avenir, pour avoir une entreprise solide, j'ai prévu de ne pas me payer pendant les 18 premiers mois.” Elle sait qu'elle peut compter sur l'appui de sa collègue de Marseille Centre, qui va notamment la présenter à des prescripteurs. “Nous parlerons de nos problèmes pour essayer de trouver des solutions ensemble, cela créera une émulation”, ajoute Mélanie Sauterot.

Les derniers articles COVIVA

La franchise de service à la personne est le pilier du maintien à domicile

par Sophie Blaisel - 11 mois

La franchise Coviva favorise le maintien à domicile des personnes âgées et/ou fragilisées en leur apportant un panel de services pour leur faciliter la vie au quotidien. Reconnu par le gouvernement pour son i...

Un métier d'humanité dans un marché d'avenir pour la franchise de service

par Sophie Blaisel - 11 mois

Une image rassurante et professionnelle Vecteur de communication et fief du franchisé, l'agence Coviva correspond aux normes réglemen...

Convention collective des entreprises de services à la personne

par MA - 12 mois

La Convention Collective a permis d'améliorer la reconnaissance confirmée des franchises et entreprises des services à la personne. ...

Informations clés

  • Crée le: 25/09/12 02:00

Les franchises qui recrutent