Réformer la distribution en France

La loi de modernisation économique prévoit un certain nombre de mesures, dont certaines suscitent des inquiétudes à la fois chez les professionnels et chez certains élus locaux.
Il s'agit pour le gouvernement et le président de la République d'en finir avec certaines restrictions réglementaires. Mais la réforme des relations entre fournisseurs et distributeurs, instaurées depuis les lois Galland, Raffarin puis Dutreil, ne font pas l'unanimité.
Le texte étudié actuellement par l'Assemblée Nationale soulève des protestations, comme celle du président de l'Ania (Agence Nationale des Industries Alimentaires), Jean-René Buisson, qui espère obtenir un amendement afin d'obliger les distributeurs à lister sur facture les avantages tarifaires accordés par les industriels en contrepartie de services : place dans le catalogue de l'hypermarché ou attribution de tête de gondole par exemple.
Mais le gouvernement est très déterminé car la réforme des marges arrières est symbolique et devrait entraîner, selon lui, une stagnation des prix, et pourquoi pas leur diminution.
Les Fédérations des magasins de bricolage et du commerce associé (FMB et FCA) se sentent également concernées. Elles critiquent en particulier les délais de paiement que le projet compte ramener à 60 jours au lieu de 90 jours.
Cette réforme n'est en effet pas du goût du commerce non-alimentaire. Dans ces secteurs d'ailleurs, il est noté que les produits sont payés avant d'être vendus... La réduction des délais de paiement qui semble évidente pour certains, leur fait dire qu'elle fragiliserait considérablement la trésorerie des distributeurs du non-alimentaire. L'idée a donc émergé de créer une dérogation par branche, ce serait l'objet d'un amendement pouvant plaire à certains députés.
Enfin reste le problème de l'urbanisme commercial, déjà évoqué dans un précédent article, c'est un point particulièrement sensible pour certains élus locaux.
Dominique Deslandes

Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 6 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 8 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 05/06/08 02:00

Les franchises qui recrutent