Quel avenir pour l'hypermarché en France ? Le point de vue d'un expert...

Dans une interview accordée au magazine Points de vente en décembre dernier, Dominique Chambas, senior vice president d'Aldata*, donnait son avis sur le devenir de l'hypermarché en France. Loin d'être un modèle fini, explique-t-il, il faut en affiner le concept. "Il ne fonctionne plus en France, sengage-t-il, il faut dire que le marché français est confronté à une saturation de l'offre en matière d'hyper." Selon lui, "le concept des courses hebdomadaires de la génération des 40-50 ans ne parvient pas, aujourd'hui, à séduire les jeunes". 

Plus radical, il explique même que "globalement, les hypermarchés n'ont pas réussi à capter les jeunes et semblent s'éloigner des attentes des générations précédentes, de plus en plus complexes".

Et la crise dans tout ça ?

Si, selon cet expert, "les indépendants ont beaucoup mieux resisté à la crise", bénéficiant d'un grand savoir-faire opérationnel de terrain, il dresse un panorama plus pessimiste pour ce qu'il nomme "une autre grande distribution". Celle-ci s'est, selon lui, "davantage ancrée dans des actions et des modes de gestion centralisés". Son point de vue :"En période de croissance, tout va bien : les distributeurs ont même parfois du mal à fournir la demande. En revanche, en période de crise, les acteurs qui bénéficient d'une forte imprégnation locale et d'une capacité de décision locale s'en sortent mieux."
Pour lui, le contexte idéal d'un développement harmonieux de l'hyper passe par un pouvoir d'achat en augmentation dans une zone de chalandise donnée. Et puis, précise-t-il, "il faut que la population ciblée ait encore envie de découvrir de nouvelles offres commerciales ; autrement dit, il faut qu'elle ait encore envie de consommer". Alors que le modèle semble s'essouffler en France, il donne l'exemple de la Russie qui vit les heures glorieuses dans le domaine de la distribution. "C'est le marché de demain où la consommation est encore un mode d'expression sociale", s'entousiasme-t-il.
Et quand on lui demande ce que peut être le modèle gagnat, il répond :"Celui qui réussira à adapter le plus possible son offre à la demande locale."
* Créé en 1986, le Français Aldata est l'un des spécialistes mondiaux de l'édition de solutions d'optimisation des processus métier de la distribution, du fournisseur jusqu'au consommateur.

Découvrez nos vidéos sur les réseaux de franchise de supermarché

Articles similaires

La marque espagnole de prêt à porter Zara se développe uniquement en succursales

par Dorsaf Maamer - 10 jours

Née en 1975 à Coruña en Espagne, Zara est la marque phare du Groupe Inditex, leader mondial de la confection textile. Elle compte aujourd'hui plus de 2100 magasins implantés dans 88 pays. L'enseigne espagnole de prêt-à-porter jouit d'une très gran...

Ouvrir une franchise de services à la personne

par Martine Malaterre - 10 jours

Sur les 36 195 organismes de services à la personne recensés au 1er janvier 2017 par la base de données NOVA, 79,5 % étaient des entreprises (dont des autoentrepreneurs des franchisés et des isolés). Le marché des services à la personne doit son...

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier

par MA - 24 jours

Actuellement, on trouve des courtiers aussi bien dans le secteur de l'assurance qu'en immobilier ou encore en marchandises. Il joue le rôle d'intermédiaire entre ses clients et les entreprises afin de répondre à leurs besoins.Les franchises de cou...

Informations clés

  • Crée le: 03/02/11 01:00

Les franchises qui recrutent