Précisions sur le calcul simplifié des cotisations sociales des « micro-entrepreneurs »

Rappel : la loi pour l'initiative économique du 1er août 2003 prévoit la possibilité pour les entrepreneurs individuels soumis au régime fiscal de la micro-entreprise de demander à bénéficier de modalités simplifiées pour le calcul de leurs cotisations sociales.

Une circulaire détermine ces modalités. Les « micro-entrepreneurs » peuvent demander le calcul de leurs cotisations sociales provisionnelles sur la base du chiffre d'affaires qu'ils estiment réaliser au cours de l'année civile en cours, au lieu de les calculer sur une base forfaitaire les 1ère et 2ème années d'activité et sur la base des revenus de l'année n-2 au-delà.

Cette demande doit être effectuée par lettre auprès de chaque organisme social dont ils relèvent au titre de leur activité.

Pour les entreprises existantes, cette estimation doit être accompagnée de leur avis d'imposition au titre de l'année précédente. Pour les entreprises nouvelles, le chiffre d'affaires est ajusté prorata temporis afin que celui-ci ne dépasse pas les limites d'application du régime de la micro-entreprise, elles-mêmes proratisées.

Les cotisations sociales provisionnelles sont calculées sur la base du chiffre d'affaires estimé auquel sera retranché l'abattement représentatif des charges de l'entreprise (72, 52 ou 37 % selon la nature de l'activité exercée).
Ces cotisations feront l'objet d'une régularisation l'année suivante à partir des éléments mentionnés sur la déclaration commune de revenu à déposer pour le 1er mai de chaque année.

Aucune majoration de retard ne sera demandée en cas d'insuffisance de versement de cotisations sociales provisionnelles.
Cette mesure s'applique aux cotisations dues à compter du 1er janvier 2004.


Source : Circulaire de la DSS/SDFSS/5B n°04/205 du 4 mai 2004

communiqué de l'apce
 

Articles similaires

Devenir courtier en crédit

par Dorsaf Maamer - 6 jours

Avec un marché de l'immobilier très actif et un nombre croissant de particuliers faisant appel à un courtier, le métier a assurément de beaux jours devant lui. L'entrée en vigueur d'un nouveau cadre réglementaire en janvier 2013 a favorisé l’augme...

Régler un litige avec votre banque

par LA - 7 jours

Vous n'êtes pas d'accord avec votre banquier ? Il peut arriver qu'un différend vous oppose à votre banque comme cela pourrait se produire avec n'importe quel autre commerçant. La cause de votre mécontentement peut correspondre à un réel

Le métier de courtier en crédit immobilier

par DM - 13 jours

Le courtier exerce l’intermédiation en vertu d’un mandat du client. Il joue donc le rôle d’intermédiaire en opérations de banque et en services de paiement. Il peut exercer dans plusieurs spécialités dont le crédit immobilier, le rachat de crédits...

Informations clés

  • Crée le: 25/06/05 02:00

Les franchises qui recrutent