Pourquoi se franchiser dans l'hôtellerie si les sites web de réservation font la loi ?

C'est la question qu'on peut se poser en lisant cet article de Paris Match sur la réaction d'Accor face à booking.com. Cette bataille de géants ne doit pas faire oublier l'intérêt des nombreux petits entrepreneurs de l'hôtellerie, ceux qui font le charme du métier et du marché.

Le PDG d’Accor porte plainte contre booking.com

Si en décembre dernier, Sébastien Bazin, le PDG d’Accor restait confiant face à la montrée croissante des agences de réservation en ligne en matière d’hôtellerie, un article du 5 mars 2015 de Paris Match relatait que, quatre mois plus tard, le cadre dirigeant avait changé son fusil d’épaule, décidant de porter plainte contre booking.com, rejoignant ainsi les procédures lancées par les syndicats professionnels du secteur de l'hôtellerie. Le site, nous explique le magazine est en effet accusé « d’abus de position dominante ».

La question des tarifs au cœur du débat

Les raisons de ce revirement du dirigeant d’Accor ? Le site booking.com et ses concurrents comme le célèbre Expedia « imposent aux hôteliers de vendre leurs chambres à un prix unique sur leurs propres sites de réservation ». Dans ce contexte, il devient alors impossible aux professionnels « de moduler les tarifs en fonction de la période et de la fréquentation ». Par ailleurs, et c’est là où le bas blesse, Booking.com et Expédia géreraient à eux seuls près de 70 % du marché. Un chiffre considéré par les professionnels du secteur comme excessif. Le souhait d’Accor mais aussi des entrepreneurs de l’hôtellerie : obtenir la formalisation d’un contrat de mandat qui leur permettrait de décider eux-mêmes de leurs prix sans tenir compte des exigences de ces OTA (pour Online Travel Agencies).

Ouverture des négociations

Les négociations sont donc ouvertes et le climat est houleux car forcément, booking.com a besoin des hôteliers. Par ailleurs, « en cas de décision défavorable, précise Paris Match, l’amende pourrait représenter jusqu’à 10 % du chiffres d’affaires, soit plus de 500 millions d’euros » pour le site de réservations. Ironie du sort : le directeur général, Peter Verhoeven n’est rien d’autre qu’un ancien de chez Accor !

Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 13 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 17 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 19 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 31/03/15 07:56

Les franchises qui recrutent