Pour faciliter les négociations commerciales : soignez les conditions générales de vente

Un commerçant doit obligatoirement établir un document reprenant ses conditions générales de vente pour des clients professionnels, mais elles ne sont pas imposées pour les particuliers, pourtant on a tout avantage à les prévoir dans tous les cas. 

Le document reprenant les conditions générales de vente est là pour protéger le commerçant dans les relations avec ses clients. Entre professionnels, le code du commerce l'impose sous peine de sanctions, elles seront communiquées avant l'acte de vente. Le plus souvent elles sont écrites avec les offres ou affichées dans le magasin.
Ces conditions générales de vente reprennent les modalités de commande et de livraison, les garanties et les prix. Elles précisent les éventuelles réductions en fonction de quantités vendues ou les ristournes sur un ensemble d'opérations. Les modes de paiement sont déterminés avec les délais et les pénalités de retard. Celles-ci doivent être au minimum égales à trois fois le taux d'intérêt légal. Sans précision de délai de paiement on applique automatiquement celui de 30 jours à partir de la date de réception des produits ou de la prestation des services.
Il est possible d'ajouter d'autres éléments comme la réserve de propriété ou les clauses de force majeure. En principe elles reprennent le tribunal compétent en cas de contentieux. On est autorisé à faire des différences en fonction de la clientèle, on dit alors qu'il s'agit de conditions générales de vente catégorielles.
Même si ce n'est pas obligatoire le commerçant peut aussi rédiger des conditions générales de ventes pour les particuliers. Elles facilitent les éventuelles négociations avec les clients, mais ne doivent néanmoins pas favoriser exagérément le commerçant au risque d'être déclarées abusives.

Articles similaires

Les apports en société

par Dominique Deslandes - 1 jour

Les apports sont des biens ou des fonds que les associés mettent à la disposition de la société en vue de l'exploitation commune et en contrepartie desquels ils reçoivent des droits sociaux (parts ou actions) soumis aux aléas de la société

Devenir courtier en crédit

par Dorsaf Maamer - 10 jours

Avec un marché de l'immobilier très actif et un nombre croissant de particuliers faisant appel à un courtier, le métier a assurément de beaux jours devant lui. L'entrée en vigueur d'un nouveau cadre réglementaire en janvier 2013 a favorisé l’augme...

Régler un litige avec votre banque

par LA - 11 jours

Vous n'êtes pas d'accord avec votre banquier ? Il peut arriver qu'un différend vous oppose à votre banque comme cela pourrait se produire avec n'importe quel autre commerçant. La cause de votre mécontentement peut correspondre à un réel

Informations clés

  • Crée le: 23/05/10 02:00

Les franchises qui recrutent