Lifting total pour l'enseigne de prêt-à-porter féminin Pimkie

L'enseigne succursaliste de prêt-à-porter féminin du groupe Mulliez créée en 1971 a connu des années fastes mais aujourd'hui, la croissance est en berne et la rentabilité - même si elle reste positive- s'est beaucoup dégradée depuis 2006. Il fallait réagir et de grands travaux ont été entrepris pour remettre cette chaîne d'habillement sur le chemin du succès.
Les objectifs ont été clairement définis :
1- Retrouver la cible et le concept produit à l'origine de son succès : La marque était devenue trop teen-ager et avait fait fuir son coeur de cible. Pimkie veut de nouveau s'adresser à une cliente de 15 à 25 ans et propose une mode à petits prix aussi bien pour la femme active que pour l' étudiante et cela dans tous les styles : ville, casual, sportswear, party. Chaque pays (France, Espagne, Allemagne, Italie) est responsable d'une gamme de la collection. Par exemple, l'Espagne gère le style « party » tandis que l'Italie crée la gamme « ville ». La France et l'Allemagne sont responsables de la ligne Casual.

2- Améliorer les systèmes d'information : une plate-forme vient d'être mise en place en Allemagne près de Strasbourg pour gèrer la gestion des stocks de vêtements. Elle s'est dotée d'outils performants tels que les logiciels Nodhos et Reflux, le premier pour la gestion commerciale et le second pour la gestion des stocks. La partie logistique de l'activité sera toujours assurée en interne.

3- Relooker les points de vente : Vieillissantes et peu attractives, les boutiques d'habillement Pimkie avaient besoin d'être rajeunies. La refonte du concept de magasin est actuellement en cours. Pour pallier au "manque de clarté" des boutiques Pimkie, les allées se font désormais plus larges et les linéaires mieux organisées.

Un projet d'envergure qui se traduit par des investissements importants et un ralentissement des ouvertures. Le parc est stable depuis 2006 avec environ 270 Pimkie en France.

Dans un marché concurrentiel, l'enseigne Pimkie bénéficie encore d'une notoriété relative mais souffre d'un déficit d'image important. Ces grands changements devraient apporter un nouveau souffle au réseau. Il est cependant dommage que Pimkie n'ait pas développé son site de vente en ligne. En effet, quand on veut toucher une cible 15-25 ans pratiquement née avec Internet et le téléphone mobile, n'est ce pas le moyen le plus moderne de communiquer et de fidéliser une clientèle très volatile ?

Articles similaires

Des franchises de plus en plus connectées

par Audrey Caudron - 11 jours

Stratégies multicanal ou cross-canal, Web-to-Store… sans nul doute, face à des clients hyperconnectés, les franchises françaises ont dû et su s’adapter et ont pris tout doucement le virage du numérique. ...

L’urbanisme commercial réinvente le commerce en ville

par Martine Malaterre - un mois

Les habitudes de consommation ont changé, les zones commerciales périphériques se sont développées pour proposer des surfaces de vente plus g...

Les modèles de commerce en réseau autres que la franchise

par Martine Malaterre - 2 mois

Qui dit commerce en réseau ne dit pas forcément franchise. Sous ce terme trop générique, on a tendance à englober tous les réseaux d’indépend...

Informations clés

  • Crée le: 22/09/08 02:00

Les franchises qui recrutent