L'histoire sans fin du repos dominical

Entre les employés d'une librairie qui veulent, contre les syndicats, continuer à travailler le dimanche et le Credoc qui estime que l'ouverture des magasins le dimanche entraînerait au final des suppressions d'emploi, le débat tant de fois annoncé n'a pas encore eu lieu. Mais il devrait bientôt ressortir...

Favorable ou pas ?

L'expérience dans les pays étrangers montre que, pour le secteur alimentaire, lorsqu'on autorise l'ouverture des magasins le dimanche, ce sont plutôt les grands magasins qui en profitent, mais la consommation n'augmente pas, puisque les gens ne mangent pas plus, avait averti en novembre dernier Robert Rochefort, directeur du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc).
La libéralisation de l'ouverture dominicale des commerces pourrait contribuer à l'accélération des mutations en cours au profit de concepts commerciaux à plus forte valeur ajoutée... En effet près de la moitié des français dispose d'ores et déjà d'un accès à une offre commerciale le dimanche. Or 37 % en profitent vraiment. Soit il s'agit d'une sorte de tourisme commercial, soit ils s'organisent afin de limiter leurs courses en semaine.
En fait 52,5 % des français sont favorable à l'ouverture des commerces qui le souhaitent mais 75 % considèrent que le temps d'ouverture des commerces est suffisant. Les partisans de l'ouverture dominicale sont marqués : il s'agit principalement d'habitants de la région parisienne, jeunes, inactifs. On trouve plutôt les opposants dans les communes rurales chez les 45-64 ans, actifs. Ceux qui travaillent dans le commerce et leurs proches sont contre également, alors que ce serait la population qui aurait le plus à y gagner. Il apparaît que ceci est surtout une question de bonne gestion du temps, la plupart des français déclarant qu'ils n'ont pas le temps de faire tout ce qu'ils voudraient.
Néanmoins ceux qui sont les plus pressurisés commencent à acheter sur Internet et les plus actifs ne sont pas les plus favorables à l'ouverture du dimanche. Les bonnes solutions semblent souvent être l'ouverture tardive et le e-commerce. Ce serait donc les inactifs qui feraient pencher la balance pour l'obtention d'un shopping loisir... En tout cas, il est certain que tous déclarent qu'ils ne dépenseraient pas plus.
Evidemment l'effet serait sans doute variable selon les produits. Pour ce qui concerne la FFF (Fédération Française de la Franchise) qui représente des secteurs d'activité très divers, sa vision est très nuancée. Elle préconise des adaptations locales et par type d'activité. Il semble qu'une libéralisation totale ne soit pas bénéfique aux commerces et aux services. Elle suggère de mieux tenir compte des zones touristiques et d'événements sportifs ou culturels, de fêtes traditionnelles.
Comme souvent pour ce qui concerne des activités commerciales, l'idéal serait une autorégulation et le bon sens plutôt qu'une législation contraignante. Il sera en effet difficile de mettre tout le monde d'accord. Les grands chaînes de prêt-à-porter souhaitent plus de liberté, alors que les petits commerces non alimentaires sont fermement opposés à un assouplissement, craignant la concurrence des grandes surfaces. 
Dominique Deslandes

N'hésitez pas à consulter toute l'actualité relative à la réglementation des affaires



Articles similaires

Nouvelles règles pour le licenciement économique

par Martine Malaterre - 6 jours

Depuis le 1er décembre, deux nouveaux motifs économiques reconnus par la jurisprudence sont applicables dans le cadre d'un licenciement  économique: la réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité et...

La caution personnelle

par Dominique Deslandes - 8 jours

Celui qui se rend caution d'une obligation se soumet envers le créancier à satisfaire à l'obligation de rembourser, si le débiteur n'y satisfait pas lui-même. ...

Cession de réseau : quel impact sur les franchisés ?

par HK - un mois

Lorsqu’un franchisé adhère à un réseau, il ne pense souvent pas à l’éventualité du rachat de l’enseigne franchiseur par une autre entité. Il devrait pourtant, car une telle opération pourrait le concerner directement. Point de vue ...

Informations clés

  • Crée le: 20/05/09 02:00

Les franchises qui recrutent