Les franchises immobilières face à un marché attentiste

Le marché de l'immobilier en France a connu une hausse jusqu'en janvier 2012 mais depuis les Français achètent peu de biens et les franchises immobilières affichent entre moins 15% à 20% de ventes. Pourtant, les taux de crédit sont très bas, l'offre est abondante et si les prix ne baissent pas ou peu, il y a des marges de négociation aussi bien dans les grandes villes qu'en zone rurale. Dans un contexte économique tendu, les Français attendent le reformatage des dispositifs gouvernementaux pour passer le pas.....Le marché va donc reprendre à ce moment.

Une diminution des aides de l'état et des banques qui durcissent l'accès au crédit

Les aides publiques ont commencé à baisser : le prêt à taux zéro accordé pour le neuf est supprimé pour l'ancien. Les primo-accédants sont touchés en premier lieu, ce qui est estimé à 75% des  ménages en quêtes de leur première acquisition. La loi Scellier ramène la déduction d'impôt à 13% du bien contre 22% avant 2011. Ce dispositif destiné aux investisseurs pour l'achat de biens neufs dédiés à la location est devenu moins intéressant, donc moins de clients pour les franchises immobilières. Quant aux résidences secondaires, il faudra les garder 30 ans avant d'être exonéré de plus-value (contre 15 ans il y a un an).
Les banques deviennent de leur côté de plus en plus sévères pour accorder un crédit immobilier. Elles imposent 20% d'apport personnel (contre 10%) et un maximum de 30% de taux d'endettement contre 33% ce qui pénalise évidemment les jeunes ménages pour leur premier achat d'autant qu'elles répugnent à s'engager à trop long terme, la durée des prêts tendant à s'écourter.

Un marché qui tourne au ralenti

S'il est vrai que la période électorale n'est pas propice aux investissements quels qu'ils soient, l'attente de nouvelles mesures du gouvernement a accentué les non décisions des Français, préférant attendre pour voir. Le prix de l'immobilier n'a pas autant baissé que certains l'avaient annoncé (sauf en zone rurale ou dans les villes en difficultés économiques), les propriétaires préfèrent attendre et ne pas brader leur bien. Les transactions sont donc moins nombreuses, les délais de vente s'allongent et les négociations sont inévitables.
Cependant, le marché n'est pas totalement à l'arrêt et les successions, les mutations, les divorces (75% du marché) ainsi que les acheteurs seniors l'ont fait fonctionner. Il faut cependant noter que la majorité des transactions se situent en dessous de 350 000 euros.

Les Français préfèrent pourtant la pierre pour constituer leur patrimoine

Avec la crise, les Français ont peu à peu perdu confiance dans les placements bancaires. Pour preuve, l'assurance-vie, principal placement jusqu'en 2012 voit ses épargnants changer de mode d'investissement pour la pierre synonyme de sécurité.  Aujourd'hui, mis à part le livret A, les Français estiment qu'investir dans l'immobilier est le placement le plus sécurisant à long terme. Les SCPI (société civile de placement immobilier) font de plus en plus d'adeptes, la bourse ayant perdu toute son attractivité.
Cette période d'attente devrait durer encore jusqu'à la fin de l'année mais les professionnels de l'immobilier sont confiants. Les Français continuent à s'intéresser à l'immobilier et consultent beaucoup les sites, preuve de l'intérêt qu'ils portent à l'immobilier pour se loger ou faire des placements.
Découvrez les réseaux de franchise d'agence immobilière qui recrutent et voyez les vidéos sur les franchises immobilières.

Consultez aussi notre dossier : "La franchise dans l'immobilier"

Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 12 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 16 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 18 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 18/09/12 02:00

Les franchises qui recrutent