Les franchisés et autres indépendants en réseau gagnent des parts du marché de la distribution alimentaire

La distribution alimentaire subit de profondes mutations et laisse de plus en plus de place aux plus petits. Telle est l'analyse que fait le cabinet d'études, de conseil et d'analyse sectorielle Eurostaf qui publie fin 2012 une étude sur les enseignes Leclerc, les franchises Intermarché ou Système U face aux groupes intégrés de la grande distribution.

Une nouvelle place à prendre pour les supermarchés

Les stratégies des grands noms de la distribution alimentaire ne font qu'évoluer ces dernières années. Si, comme l'explique Eurostaf, elle était dominée par le modèle hypermarché depuis les années 70, elle subit de profonds changements répondant à de nouveaux besoins des consommateurs soucieux de réduire le temps et le budget consacrés aux courses alimentaires. Dans ce contexte, les supermarchés et les modèles de drive constituent les formats gagnants de ces dernières années avec une montée en croissance des indépendants. Le constat du cabinet d'études est clair : E. Leclerc, Système U et Intermarché tirent profit de leur parc de magasins orienté vers le supermarché et le petit hypermarché (moins de 6500 m²).

Une part de marché en grande progression

Et les chiffres sont sans appel : sur les quatre dernières années les indépendants de la distribution alimentaire auraient vu leur part de marché progresser de 4,5 points sur l'alimentaire quand les grands groupes d'hypermarchés intégrés enregistraient une baisse de 0,5 point de leurs parts de marché. Selon ces résultats, les distributeurs indépendants auraient ainsi trusté la croissance du chiffre d'affaires du secteur (+ 8 % pour les indépendants... contre 0,5% pour les intégrés).

Les raisons du succès des indépendants en réseau

Selon Eurostaf, étant patrons de leur magasin, "les indépendants ont rapidement pris la mesure du succès du drive et investi dans le nouveau service de retrait en magasin des courses réalisées en ligne". Depuis deux ans, les indépendants ont également beaucoup investi dans la baisse des prix, suivant la stratégie originelle de E. Leclerc qui a toujours fait du prix bas son axe de développement et de communication. Les indépendants jouent sur leur ancrage local et capitalisent sur leurs marques : le local pour répondre aux nouvelles aspirations des consommateurs et les marques de distributeur pour fidéliser et recruter de nouvelles clientèles

Les erreurs des groupes intégrés

Du côté des groupes intégrés, Eurostaf remarque que les groupes d'hypermarchés sont désormais souvent des enseignes aux organisations complexes, au sein desquelles "la logique financière globale prend le pas sur l'agilité locale du commerce". Plus ancrées localement, les enseignes Auchan et Cora souffrent quant à elle d'un parc de magasins orienté beaucoup trop vers les très grands hypermarchés (format quelque peu délaissé par les consommateurs ces dernières années !).

Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 15 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 20 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 22 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 18/11/12 01:00

Les franchises qui recrutent