Les franchises de jardinerie vont devoir innover pour se développer

Si près de 90 % des foyers français disposent d'un espace de jardinage dans leur logement principal, si le jardin s'est imposé tout naturellement comme la cinquième pièce de la maison, une étude menée par Xerfi-Precepta sur le marché du jardin à l'horizon 2012 met en évidence que ce marché , un peu à bout de souffle, mérite renouvellement. Les distributeurs du secteur  - dont de nombreuses franchises en France - vont devoir innover s'ils veulent dynamiser leurs ventes.

Les distributeurs doivent revoir leur compétitivité 

Certes le chiffres d'affaires du secteur jardinerie augmente mais son taux de croissance reste faible à une moyenne de 1 %. Pour 2012, cette progression restera vraisemblablement la même et le marché représentera alors 7,5 milliards d'euros.
Toujours selon les experts de Xerfi-Precepta, les performances financières des jardineries LISA (libres-services agricoles) se dégradent. Les tensions sur la trésorerie seraient notamment de plus en plus pesantes et le besoin de financement à court terme se ferait pressant.
Profil par profil, les experts dégagent plusieurs grandes tendances. Ainsi, les grandes surfaces bricolage (GSB) qui représenteraient 29 % des parts de marché en 2010 confirment leur leadership (Leroy Merlin, Castorama...) et doivent leur compétitivité à leur positionnement de multi-spécialiste de la maison. De leur côté, les grandes surfaces alimentaires (GSA) - dont les franchises alimentaires - représenteraient 21 % des parts de marché. Un résultat que les spécialistes explique par le volume de leurs ventes saisonnières, stimulées par leurs prix bas. et par un trafic important qui constitue un vrai avantage concurrentiel. Néanmoins, toujours selon Xerfi-Precepta, les perspectives de croissance sont assez limitées dans ce circuit puisque le rayon jardin n'est qu'un étal parmi d'autres. Du côté des jardineries (20 % des parts de marché) - en franchise ou non, on compte beaucoup sur l'expertise du végétal et la capacité à bien conseiller le client. Enfin, les LISA représentent 15 % des parts de marché et se développement selon différents modèles. Ainsi si la franchise Gamm Vert a choisi d'être une jardinerie de proximité, d'autres ont préféré des positionnements sur les produits techniques du jardin (ESpace Emeraude, Rural Expert...)
En tout cas, pour les experts Xerfi-Precepta, le développement de toutes ces enseignes de distribution devra passer nécessairement par une stratégie pluricanal pour répondre aux attentes des consommateurs, par une amélioration de la compétitivité face aux grandes surfaces bricolage et aux grandes surfaces alimentaires, par le déploiement d'une stratégie "identitaire pour construire une image de marque puissante".

Découvrez d'autres réseaux de jardinerie et bricolage qui franchisent et recrutent des adhérents

Articles similaires

2016, une année forte pour le secteur de l'immobilier

par MA - 18 jours

L'année 2016 a été une année fructueuse pour l'immobilier qui a notamment enregistré une hausse de 11 % dans le secteur de la vente des logements anciens. Cette belle reprise du marché serait due à des taux d'emprunts historiquement bas et des pri...

La Silver Economy pour répondre aux besoins des Seniors

par Martine Malaterre - 22 jours

La Silver Economy se définit comme la réponse à des besoins d’une population qui vieillit. Un Français sur trois aura plus de 65 ans en 2020.

Fidéliser le client qui réclame

par Deslandes Dominique - 24 jours

Un client qui exprime son mécontentement est souvent une personne qui montre son attachement à une enseigne. Il est toujours possible d'avoir à affronter des clients insatisfaits, ce n'est pas une catastrophe, sauf si la colère augmente à votr...

Informations clés

  • Crée le: 20/09/11 02:00

Les franchises qui recrutent