Les enjeux du développement durable

Nouvelles réglementations et autres pratiques de consommation vont déterminer les nouvelles lois du marché. Les jardineries et grandes surfaces du bricolage ne peuvent plus ignorer le phénomène.

84 % des ménages déclarent faire attention à leur consommation électrique et la plupart connaissent l'existence des ampoules basse tension... C'est un phénomène de société qui ne peut plus être négligé, ni par les politiques, ni par les professionnels (parmi lesquels les franchiseurs et franchisés pour la mise au point de leurs concepts) qui doivent parquer leur dynamisme sur ce terrain. La réglementation est de plus en plus contraignante et il est nécessaire de s'y conformer : règlement Reach, DEEE, taxe sur les prospectus... Il est important d'anticiper pour ne pas se retrouver avec un procès sur le dos. L'évolution est inéluctable et l'offre aussi doit suivre le mouvement : ampoules à économie d'énergie, peintures sans solvants, bois certifiés... Feront bientôt la différence au regard des consommateurs. Et c'est bien là l'enjeu principal : les professionnels doivent gagner l'adhésion des clients en conciliant les intérêts commerciaux et la responsabilité sociétale. Et la motivation peut aussi être financière.

Les actions à mettre en place rapidement concernent d'abord la formation du personnel au développement durable et aux produits qui lui sont liés. Il s'agit également de privilégier un argumentaire commercial où les intérêts individuels, tels que les économies réalisées, la protection de la santé ou la sécurité, rejoignent les valeurs collectives sans cesse répétées par des personnages médiatiques comme Nicolas Hulot : réduction des gaz à effet de serre, préservation des ressources naturelles, sauvegarde de la planète... Pour les magasins cela a une incidence directe,  ainsi Castorama envisage d'ouvrir en 2008 un premier magasin " éco-bâti " en région parisienne. Cette unité sera équipée de panneaux solaires, de cuves de récupération des eaux pluviales et aura recours à la géothermie : un bel exemple pour tous. De son côté Philips Eclairage appuie le projet de la Communauté Européenne de retirer du marché les lampes à incandescence d'ici 2012. Leroy Merlin invite ses fournisseurs à intégrer le développement durable dans leurs cahiers des charges de manière systématique. Spécialisée dans les accessoires pour robinetterie, la société MTK a créé la toute nouvelle gamme Watersave. Ces produits existaient depuis longtemps, mais le marché n'était pas prêt. En juin 2006 la gamme Watersave est arrivée dans les grandes surface alimentaires et de bricolage, elle est composée d'une vingtaine d'accessoires faciles à monter : stop douche, éco - jet, etc... Pour moins de 6 € un ménage peut réaliser jusqu'à 50 % d'économie d'eau. Un autre exemple : 80 % des bois achetés par Lapeyre sont issus de forêts cultivées ou certifiées d'Europe et d' Amérique du Nord.

Dans les boutiques également il est bon de savoir identifier rapidement les produits écologiquement corrects : stop-rayon et stickers sont nécessaires. Et un affichage approprié doit être mis en place pour faciliter le recyclage des articles électriques et électroniques, obligatoire depuis le 15 novembre 2006, la récupération des piles usagées, etc.

Dominique Deslandes


Articles similaires

Prochainement en librairies : Comment la France a tué ses villes

par HK - 5 heures

Dans son œuvre intitulée « Comment la France a tué ses villes », Olivier Razemon nous livre un constat assez sombre étayé par des exemples co...

Maroc : le royaume du low cost chic

par HK - 5 heures

Tati, Kiabi, LC Waikiki, nombreuses sont les marques dites low cost qui déploient leur réseau de franchise au Maroc. Un déploiement souvent ...

Restauration rapide : le défi de la qualité

par HK - 2 jours

La franchise de hamburgers, Five Guys, celle de burrito, Chipotle, de plus en plus d’enseignes de restauration rapide connues pour la qualité...

Informations clés

  • Crée le: 15/12/07 01:00

Les franchises qui recrutent