Les écueils à éviter pour ouvrir une franchise en couple

En France, la majorité des TPE artisanales et commerciales sont dirigées par des couples. Avant de se lancer à deux dans la reprise d'une franchise, il est indispensable de se poser les bonnes questions sur le plan relationnel, juridique et financier.

1- Les relations dans le couple

Il ne peut s'agir que d'un projet commun et des règles de fonctionnent doivent être mis en place et respectées par les 2 protagonistes. En fonction de l'expérience, chacun occupera une fonction précise et bien délimitée dans l'entreprise. Cela évitera le flou avec les employés et les clients.

Dans le cas d'une franchise de restauration rapide, les 2 seront en permanence ensemble alors que dans le cas d'une franchise de service, l'un peut être commercial et l'autre administratif et garder une indépendance partielle dans la conduite de son travail. Bien analyser si vous êtes prêt(e) à passer 24 h sur 24 avec votre conjoint.

2- Protection juridique

Avant 2005, 42% des conjoint (es) travaillaient bénévolement et étaient sans statut. La loi du 2 août 2005 a mis fin à cette situation en obligeant à donner un statut au collaborateur dont le travail dans l'entreprise n'était pas reconnu. Il sera salarié associé ou simple collaborateur et chaque régime garantit une rémunération et une couverture sociale différente. Il est donc indispensable de formaliser le statut dès le début.

3- Protections financières

Il est nécessaire de protéger le patrimoine de chacun (surtout si une partie vient d'un héritage) et prévoir un contrat de mariage sous le régime de :
  • la classique séparation des biens
  • ou de la participation aux acquêts qui permet de fonctionner en séparation de biens pendant le mariage mais de remettre le patrimoine en commun à sa dissolution quelqu’un soit la cause, décès, divorce.... Attention, ce régime n'existe pas dans tous les pays, voyez un notaire. (ne pas confondre avec la communauté réduite aux acquêts qui est le régime par défaut en France).

Enfin, certains couples n'hésitent pas à quitter leurs emplois pour monter leur entreprise en commun. Il parait parfois prudent que l'un garde son travail pendant quelques mois pour assurer des rentrées d'argent au démarrage de l'entreprise et éviter la catastrophe financière si l'activité n'apporte pas ce qu'ils espéraient. Mais ce n'est pas une règle générale.

Articles similaires

Carrière : Êtes-vous fait pour la franchise ?

par Jean Samper - 19 heures

Ils seraient plus de 6 millions à rêver de créer leur entreprise en France. Pourtant, peu osent franchir le pas. Souvent par peur du risque. Or, la franchise peut être un bon moyen de se rassurer. « J'avais envie de créer mon entreprise, mais sans...

Ce qu'il faut savoir sur le métier de courtier que ce soit en franchise ou non

par MA - 4 jours

Le courtier joue le rôle d'intermédiaire entre deux parties. On le retrouve dans différents secteurs tel que l'assurance, les travaux, l'immobilier... Le métier de courtier en travaux a été largement mis en évidence par le pionnier, la franchise I...

Le sens des affaires, un atout pour se lancer en Franchise aussi

par MA - 5 jours

Pour réussir en entreprenariat et notamment en franchise, on parle souvent du sens des affaires: ce cocktail d'aptitudes acquises et de capacités innées qui nous pousse vers l'avant et nous permet de réussir. Mais que signifie vraiment d'avoir le ...

Informations clés

  • Crée le: 12/02/16 12:54

Les franchises qui recrutent