Le secteur du prêt à porter féminin sort du négatif en 2014

Selon le bilan annuel de la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF), le secteur du textile femme a enrayé la baisse des ventes commencé avec la crise en 2008 en affichant une progression certes modeste mais concrète de 0,1%. Cela dans un contexte de consommation textile de - 0,9 % en 2014. Si le premier semestre s’annonçait prometteur avec +1,3% l’automne doux a ralenti cette embellie.
C’est le premier résultat positif depuis six ans, la dernière hausse a été en  2007 avec + 1,6%. Le nombre de pièces vendues a progressé de 1,5 %. «C'est la traduction du report des achats vers des vêtements plus légers et moins onéreux», analyse François-Marie Grau, le délégué général de la FFPAPF. Comme les blouses, chemisiers, shorts, jupes ou robes.

Des espoirs de reprise pour 2015

La fédération estime que 2014 aura été une année avec quelques signes positifs, qui laissent entrevoir «une stabilisation» du secteur pour 2015.  L'évolution favorable de l'euro contre le dollar devrait ainsi dynamiser les exportations (25 % des ventes du PAP féminin). Cela concerne les ventes de produits textiles, souvent fabriqués hors de nos frontières (Europe de l'Est ou Chine), mais vendus par des entreprises françaises hors de l'Union européenne. Avec une progression de 2 % en 2014, l'export est bien l'un des moteurs de croissance du secteur: il devrait représenter plus de la moitié des ventes en 2020. «Certaines entreprises y sont déjà», explique la responsable international de la fédération.
Les articles de sport ont aussi retrouvé la forme, avec un bond de 93 %, qui vient bien plus que compenser le retrait de 20 % de 2013. Les doudounes, parkas et anoraks profitent de leur côté d'un phénomène de mode. ( + 31 %) malgré un hiver doux.

A noter que la tendance troc et consommation alternative (achat-vente d’occasion) dans le textile mode prend des parts de marché ; apanage de l’économie sociale, elle s’installe dans les mentalités et touche toutes les couches de la société en attendant que les acteurs majeurs du secteur mode s’y intéressent vraiment.



Selon François-Marie Grau  de la FFPAPF «La mode séduit toujours les femmes» qui conservent une «envie de consommer» et de se faire plaisir, même si la crise et la restriction de leur pouvoir d’achat a eu tendance à orienter davantage leurs achats vers de plus petites pièces, moins onéreuses.
Des franchises mode à découvrir



Articles similaires

Certaines franchises aident à réussir les travaux de rénovation énergétique

par HK - un mois

Faut-il se contenter de strict minimum ou au contraire envisager le logement dans son ensemble lors de travaux de rénovation énergétique ? Comment gérer le budget alloué à ces travaux et dans quelle mesure l’année de construction in...

Le pain, un aliment qui reprend ses titres de noblesse

par HK - 3 mois

Après avoir été la base de l’alimentation dans le moyen âge, le pain a connu une période moins glorieuse caractérisée par une production trop...

Evolutions dans le diagnostic immobilier.

par ST - 5 mois

Evolutions dans le diagnostic immobilier. Source Franchise Defim Le CREP, une obligation pour les bâtiments con...

Informations clés

  • Crée le: 09/03/15 07:39

Les franchises qui recrutent