Le secteur du prêt à porter féminin sort du négatif en 2014

Selon le bilan annuel de la Fédération française du prêt-à-porter féminin (FFPAPF), le secteur du textile femme a enrayé la baisse des ventes commencé avec la crise en 2008 en affichant une progression certes modeste mais concrète de 0,1%. Cela dans un contexte de consommation textile de - 0,9 % en 2014. Si le premier semestre s’annonçait prometteur avec +1,3% l’automne doux a ralenti cette embellie.
C’est le premier résultat positif depuis six ans, la dernière hausse a été en  2007 avec + 1,6%. Le nombre de pièces vendues a progressé de 1,5 %. «C'est la traduction du report des achats vers des vêtements plus légers et moins onéreux», analyse François-Marie Grau, le délégué général de la FFPAPF. Comme les blouses, chemisiers, shorts, jupes ou robes.

Des espoirs de reprise pour 2015

La fédération estime que 2014 aura été une année avec quelques signes positifs, qui laissent entrevoir «une stabilisation» du secteur pour 2015.  L'évolution favorable de l'euro contre le dollar devrait ainsi dynamiser les exportations (25 % des ventes du PAP féminin). Cela concerne les ventes de produits textiles, souvent fabriqués hors de nos frontières (Europe de l'Est ou Chine), mais vendus par des entreprises françaises hors de l'Union européenne. Avec une progression de 2 % en 2014, l'export est bien l'un des moteurs de croissance du secteur: il devrait représenter plus de la moitié des ventes en 2020. «Certaines entreprises y sont déjà», explique la responsable international de la fédération.
Les articles de sport ont aussi retrouvé la forme, avec un bond de 93 %, qui vient bien plus que compenser le retrait de 20 % de 2013. Les doudounes, parkas et anoraks profitent de leur côté d'un phénomène de mode. ( + 31 %) malgré un hiver doux.

A noter que la tendance troc et consommation alternative (achat-vente d’occasion) dans le textile mode prend des parts de marché ; apanage de l’économie sociale, elle s’installe dans les mentalités et touche toutes les couches de la société en attendant que les acteurs majeurs du secteur mode s’y intéressent vraiment.



Selon François-Marie Grau  de la FFPAPF «La mode séduit toujours les femmes» qui conservent une «envie de consommer» et de se faire plaisir, même si la crise et la restriction de leur pouvoir d’achat a eu tendance à orienter davantage leurs achats vers de plus petites pièces, moins onéreuses.
Des franchises mode à découvrir



Articles similaires

Monsieur Georges PLASSAT va quitter ses fonctions à la tête du Groupe Carrefour.

par Thierry FARAUT - 15 jours

"A son arrivée en 2012, il avait fait un constat précis et éclairé de la situation... Son action pendant ces 5 dernières années a ... remis certains fondamentaux au cœur de la stratégie. Le SNEC CFE-CGC, syndicat majoritaire au sein du collège cad...

Couple : comment réussir au travail ?

par Audrey Caudron - 3 mois

Via un entretien avec Sandrine Meyfret, sociologue, l’Express nous donnait les secrets des couples qui réussissent au travail, dans un contexte où il est souvent difficile de mener de front carrière professionnelle et épanouissement dans la vie fa...

Top 10 des articles les plus lus en 2016 sur AC Franchise

par Dorsaf Maamer - 6 mois

2016 s'est achevée ! Une année marquée par l'intérêt croissant des entrepreneurs et créateurs de projets pour la franchise. La France compte...

Informations clés

  • Crée le: 09/03/15 07:39

Les franchises qui recrutent