Le secteur de l’optique dans le collimateur

Le gouvernement français entend contrôler les remboursements des mutuelles complémentaires en matière d'optique. L’objectif, selon lui, est de contrer les pratiques inflationnistes des professionnels de l’optique. Le projet de décret du gouvernement entend plafonner le remboursement des lunettes et lentilles par les mutuelles et les assurances. De ce fait, le décret envisage de limiter dès 2015, le remboursement des montures à 100 euros. Les verres simples quant à eux passeraient progressivement en 2018 à 200 euros. Et le remboursement des verres complexes ne dépasserait pas désormais les 400 euros.

Quand la Cour des comptes s'attaque aux opticiens

Selon la Cour des comptes les opticiens ont tendance à pousser le client à privilégier le remboursement maximum accordé par son contrat complémentaire. Pour la cour ce genre de pratique serait la cause des prix élevés en France (88 €/ an) comparés à ceux, bien plus raisonnables, en Allemagne (54 €) et en Angleterre (49 €). D’où l’importance du décret dont l’objectif est de freiner les prix. La cour évoque également le problème de la monopolisation des fabricants ainsi Essilor accapare à lui seul « les deux tiers des verres correcteurs vendus en France ».

Le Gifo proteste contre les dangers du décret

Contre les critiques de la Cour des comptes, Jérôme Colin, Président du groupement des industries de l’optique (GIFO) met en avant le nombre d’investissements en R&D visant à engendrer de la valeur ajoutée. Selon lui les prix élevés sont justifiés par le coût élevé de la main d’œuvre. De ce fait, réduire les dépenses optiques reviendrait à ne plus fabriquer de montures et de verres milieu et haut de gamme en France. D'autres expliquent que la distribution de l'optique est trop coûteuse et que les opticiens prennent des marges trop élevées ce qui expliquerait le différentiel de prix avec nos voisins allemands et anglais.

Philippe Lafont, Dirigeant de la marque de montures haut de gamme Lafont, assure qu'il n'hésiterait pas à choisir de s'installer à l’étranger si jamais le décret voit le jour.

Dans le même temps, l'apparition de la vente de lunettes sur le web ou en discount à partir de 9,90 € pour des lunettes de vue  (oui, 9,90 € ! avec un prix maxi de 49,90 pour des montures équipées de verres progressifs anti-reflet ) fait penser que les marges des opticiens vont baisser et que le secteur va devoir se réformer.


De nombreux réseaux d'opticiens lunettiers recrutent des franchisés qui souhaitent ce mettre  leur compte, découvrez-les !

Articles similaires

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier

par MA et JS - 5 jours

Profil du courtier qu'il soit franchisé, salarié ou entrepreneur isolé Le courtier se charge d'analyser le besoin de son client afin de lui trouver l'offre la plus adaptée sur le marché en respectant son budget. Il devra rentrer en négociation si...

Le secteur de l’ameublement profite pleinement de la dynamique de celui de l’immobilier

par HK - 15 jours

Porté par l’excellente reprise du secteur de l’immobilier, le secteur de l’ameublement a passé une belle année 2016. La tendance se confirme pour l’année en cours avec une progression exceptionnelle pour certaines enseignes dont la franchise Archea.

La déduction fiscale, levier de croissance des franchises de services à la personne

par HK - 21 jours

Avantages fiscaux et crédit d’impôt permettent aux particuliers de faire appel aux entreprises de services de ménage, à celles facilitant le maintien à domicile des personnes âgées, etc. Les franchises du secteur parviennent ainsi à cibler une lar...

Informations clés

  • Crée le: 17/03/15 08:25

Les franchises qui recrutent