Le petit commerce n'est pas mort…

Pour un numéro de cet automne 2010, le magazine LSA réunissait des représentants du petit commerce pour parler conjoncture, urbanisme, prix, relations avec la grande distribution, formation. L'occasion de dresser le constat que « les affaires tournent, que la conjoncture n'est pas si mauvaise, et que la concurrence de la grande distribution n'est plus prioritaire ».

Nouvelle demande des consommateurs

Côté conjoncture, Gérard Atlan, président du Conseil du commerce de France est confiant : « Dans l'ensemble, la consommation tient, le premier semestre a été assez bon, et la rentrée semble sur la même ligne ». Plus concrètement, Charles Melcer de la Fédération nationale de l'habillement (FNH) donne des résultats sur son marché : « Au premier semestre, avant les soldes, nous étions à – 1 %. En juin, à 7 %. A l'époque, on nous reproché la période tardive des soldes ; mais en juillet, les ventes ont grimpé de 25 %, en août de 15 %... » Même sérénité chez les fleuristes, l'alimentation en détail et dans la boulangerie-pâtisserie. « Les boulangers-pâtissiers obtiennent un gain de 0,10 % de part de marché », explique Jean-Pierre Crouzet, pour la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française. Mais attention, les résultats diffèrent entre la capitale et certaines zones rurales où la situation reste tendue pour certains commerçants. Autre secteur mis en avant : les magasins bio. Ils affichent une croissance de 7 % au premier semestre et font figure de modèle pour les petits commerces. Ils sont perçus par les participants comme un secteur « sur lequel la grande distribution n'arrivera jamais à rivaliser ! »
Autre analyse : le débat concernant la concurrence entre commerce de proximité et centres commerciaux de périphérie ne semble plus d'actualité. Là n'est plus la question. Ce qui se pose, c'est l'accès en transports en commun et les parkings. C'est en tout cas l'avis de Jean-Pierre Crouzet :  « Dans les centres urbains où il y a des transports en commun, la clientèle revient chez les petits commerçants […]. Le bât blesse en revanche dans les villes de 30 000 à 100 000 habitants où l'on ne peut ni se garer ni prendre les transports inexistants. » A bon entendeur.
Source : LSA n° 2150

Articles similaires

La marque espagnole de prêt à porter Zara se développe uniquement en succursales

par Dorsaf Maamer - 13 jours

Née en 1975 à Coruña en Espagne, Zara est la marque phare du Groupe Inditex, leader mondial de la confection textile. Elle compte aujourd'hui plus de 2100 magasins implantés dans 88 pays. L'enseigne espagnole de prêt-à-porter jouit d'une très gran...

Ouvrir une franchise de services à la personne

par Martine Malaterre - 13 jours

Sur les 36 195 organismes de services à la personne recensés au 1er janvier 2017 par la base de données NOVA, 79,5 % étaient des entreprises (dont des autoentrepreneurs des franchisés et des isolés). Le marché des services à la personne doit son...

Ce que vous devez savoir sur le métier de courtier

par MA - 27 jours

Actuellement, on trouve des courtiers aussi bien dans le secteur de l'assurance qu'en immobilier ou encore en marchandises. Il joue le rôle d'intermédiaire entre ses clients et les entreprises afin de répondre à leurs besoins.Les franchises de cou...

Informations clés

  • Crée le: 14/12/10 01:00

Les franchises qui recrutent