Le groupe Vivarte conclut un accord de restructuration financière

Le groupe Vivarte (La Halle aux Vêtements, Naf Naf, Kookaï, André...) concluait fin juillet 2014 un accord de restructuration financière inédit en Europe, prévoyant l’effacement de 2 milliards d’euros de dettes. Alors que celui-ci devrait être définitivement entériné mi-octobre, le PDG du groupe, Marc Lelandais, interviewé fin septembre par les Echos répondait aux rumeurs qui évoquent son départ suite à la volonté de certains futurs actionnaires.

Nécessité de trouver des solutions pour le groupe de mode

Certes, explique le PDG dans l’interview, « quand on demande à des créanciers de tirer un trait sur 2 milliards d'euros de dette et de réinjecter 500 millions, on ne se fait pas que des amis » mais selon lui, « le sujet n'est pas [sa] personne] » mais bien la nécessité de trouver des solutions pour assurer la pérennité des 16 entreprises du groupe et ses 22 000 emplois. Il revenait alors sur l'alternative à laquelle il devait faire face en novembre dernier : celle du dépôt de bilan ou de la restructuration de la dette. En effet que sur les 3,6 mil liards de dette cumulée, le groupe n’avait remboursé que 1,2 milliard et se retrouvait face 180 à 200 millions de remboursement annuel et des échéances se situant à de 2 fois 300 millions en 2015 et 2016.

Pas de montée en gamme des enseignes du groupe

Marc Lelandais revenait aussi sur son action au sein du groupe depuis son arrivée en 2012 : rénovations de 60 magasins La Halle, lancement de 16 sites en deux ans… et sur la situation du groupe avant sa nomination : selon lui, «  Le groupe Vivarte a raté le virage de la « fast fashion » en 2005 et du digital en 2010. La concurrence des chaînes internationales, elle, galope et investit. Il y avait un grand retard à combler. » Aux détracteurs qui l’accusent de vouloir monter en gamme, il affirme le contraire expliqué qu’il a contribué à une stabilisation ou une baisse des prix alors que ceux-ci avaient augmenté 2010 et 2012, entraînant une chute des ventes. Aujourd’hui, le PDG reste sur la ligne de conduite initiale avec un investissement prévu de  62 millions concernant informatique du réseau et la finalisation d’un contrat de distribution à l'international pour les marques de chaussures. Son ambition : « retrouver un modèle de croissance pour les enseignes du groupe. »

D'après un article des Echos


Si ce secteur d'activité vous intéresse, consultez les fiches d'information des franchises de mode et prêt à porter qui recrutent.


Articles similaires

Ouvrir une franchise de cuisine : Quelles opportunités ?

par MA - 29 jours

Le segment de la cuisine a repris de plus belle depuis 2016. le marché devrait continuer sur cette tendance. Si vous êtes intéressé de vous lancer sur ce marché prometteur, n'hésitez pas à en savoir davantage à propos de ces enseignes qui recruten...

Ouvrir un commerce alimentaire en franchise, quelles pistes ?

par ST - un mois

Le secteur du commerce alimentaire est vaste. Un candidat à la création d’entreprise a le choix entre s’orienter vers le marché de l’alimentation de proximité, de la boulangerie, de la chocolaterie, de l’épicerie fine, de l’alimentation animale ou...

Les services aux entreprises : Quelles opportunités en franchise ?

par HK - un mois

Le secteur des services aux entreprises, en progression depuis plusieurs années, offre de très belles opportunités d’implantation. Pour vous aider à cerner ce marché et les enseignes qui y opèrent, nous vous exposons quelques données clé du ma...

Informations clés

  • Crée le: 06/10/14 17:20

Les franchises qui recrutent