Le franchisé est-il libre comme un commerçant indépendant ?

La question de la liberté du franchisé est souvent posée. Celui-ci a-t-il autant de marge de manoeœuvre que le commerçant isolé, ou au contraire, son appartenance à un réseau l'empêche-t-elle de jouir de toute la liberté d'un chef d'entreprise ?

D'abord qu'est-ce qu'être un chef d'entreprise ? D'un point de vue strictement  juridique, franchiseur et franchisé sont deux entrepreneurs indépendants et le franchisé est clairement un chef d'entreprise libre. D'un point de vue économique, cette notion de liberté doit se confronter aux fondamentaux de la franchise sur trois points clés qui apportent des avantages au franchisé mais réduisent aussi son autonomie au quotidien.
1) La franchise exerce une attraction sur la clientèle par des signes de ralliement de la clientèle composés essentiellement d'une marque à titre d'enseigne et d'une charte graphique dont l'objectif est d'apporter une « valeur ajoutée subjective » au produit ou au service. Cet avantage a pour contrainte corollaire le fait que le franchisé doit respecter les promesses faites par la marque à ses clients.
2) –La franchise apporte un savoir-faire spécifique, transmissible et reproductible qui, s'il est bien appliqué, engendrera des résultats économiques comparables aux autres franchises du réseau ou à l'unité pilote. (Lire aussi : Qu'est ce qu'une unité PILOTE ?) La contrainte est donc de bien appliquer ce savoir-faire.
3) La franchise apporte une assistance permanente au franchisé ce qui permet une bonne exploitation des éléments transmis (signes de ralliement et savoir-faire). (Lire aussi : Le savoir-faire en franchise) La contrainte est donc de travailler en équipe avec le franchiseur et de tenir compte de ses conseils, mais est-ce vraiment une contrainte ?
Il apparaît donc que le franchisé est un chef d'entreprise à part entière mais qui en plus bénéficie du savoir-faire et des conseils experts de son franchiseur pour l'optimisation de son activité. Il peut refuser de suivre les recommandations de celui-ci (comme il refuserait de suivre les conseils d'un avocat ou d'un expert comptable pour des questions juridiques ou financières !) si cela ne met pas en danger le concept et les intérêts du franchiseur et des autres franchisés. Mais il peut faire le choix, cohérent et efficace, de profiter de tous les outils mis à sa disposition pour prospérer
L'analyse ci-dessus est la synthèse d'un article paru dans la presse. Nous ajoutons :
- que le contrat de franchise dure plusieurs années
- que le franchisé, comme le franchiseur, a accepté des obligations pour préserver les intérêts de l'autre partie mais aussi des autres franchisés et des clients
Il s'agit donc d'une indépendance volontairement limitée pour une durée librement consentie.

Lire aussi cet article : Les devoirs du franchiseur en neuf obligations

Articles similaires

Vérifiez ce qui est publié sur votre réseau sur ac-franchise.com

par ACF - 11 jours

L’annuaire ac-franchise.com est le plus complet avec 2400 fiches réseaux (franchise, concession, coopératives, etc, etc.) mais aussi le plus riche en détails. Il est donc consulté par 130 000 visiteurs chaque mois.

La multi-franchise : une opportunité sous conditions

par Audrey Caudron - 12 jours

Il est tentant pour un entrepreneur en franchise de profiter de la réussite de son premier point de vente pour en ouvrir d’autres dans le mêm...

Quand l’exclusivité territoriale s’applique de fait

par Martine Malaterre - 19 jours

L’exclusivité territoriale qui consiste à garantir au franchisé une zone où le franchiseur n’implantera pas d’autres unités n’est pas obligatoire dans le contrat de franchise et ne peut entrainer une nullité de ce contrat en cas de ...

Informations clés

  • Crée le: 10/05/14 00:28

Les franchises qui recrutent